Des IRM plus pré­cises

L'Obs - - Notre Époque - F. G.

— Cette tech­nique d’ima­ge­rie mé­di­cale, de plus en plus so­phis­ti­quée et par­tout répandue, a ré­vo­lu­tion­né le diag­nos­tic dans toutes les branches de la mé­de­cine. En fait, elle de­vrait se nom­mer IRMN: ima­ge­rie par ré­so­nance ma­gné­tique nu­cléaire. Mais il a été ju­gé pré­fé­rable de lais­ser tom­ber ce terme, pour ne pas in­quié­ter les pa­tients. N’em­pêche, ce sont bien les vi­bra­tions quan­tiques des noyaux ato­miques qui per­mettent d’ex­traire les images sou­hai­tées – sans que, bien en­ten­du, la moindre ra­dio­ac­ti­vi­té soit im­pli­quée dans le pro­ces­sus –, con­trai­re­ment à la ra­dio­gra­phie tra­di­tion­nelle. Un im­por­tant pro­grès de l’IRM, qui bé­né­fi­cie­ra à tous les écrans vi­déo, est en vue : il s’agit de la tech­no­lo­gie des « boîtes quan­tiques », ou « QD » pour « quan­tum dots » – des na­no­cris­taux élec­tro­lu­mi­nes­cents per­met­tant d’af­fi­cher beau­coup plus de cou­leurs dif­fé­rentes. Au CNRS, Be­noît Du­ber­tret, qui a beau­coup contri­bué au pro­grès de ces QD, s’at­tend à voir « re­vi­si­tés plu­sieurs do­maines de l’élec­tro­nique » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.