SIGNES EX­TÉ­RIEURS

Le lea­der du par­ti es­pa­gnol Po­de­mos, 36 ans, à la gauche de la gauche, eu­ro­dé­pu­té de­puis mai der­nier, est pas­sé du look d’étu­diant à ce­lui de lea­der po­li­tique

L'Obs - - Le Sommaire - CÉ­LINE CA­BOURG

Pa­blo Igle­sias

OR­LAN­DO BLOOM IBÉ­RIQUE

La longue queue-de-che­val, ce n’est pas vrai­ment la coupe clas­sique du dé­pu­té eu­ro­péen.

Mais ce­lui qu’on a bap­ti­sé Pa­blo, en ré­fé­rence au père du

so­cia­lisme es­pa­gnol, Pa­blo Igle­sias Posse, qui est né à Val­le­cas, ville contes­ta­taire de la ré­gion de Ma­drid, et

a adhé­ré aux Jeu­nesses com­mu­nistes dès ses 14 ans, avant de plan­cher sur les

« Déso­béis­sants » pour son doc­to­rat, est plus que dé­ter­mi­né. Un cô­té Or­lan­do

Bloom ibé­rique de la po­li­tique es­pa­gnole, au­ra

chris­tique en sus.

JEAN GRIS CLAIR On a beau être à la gauche de la gauche, on n’en est

pas moins jeune et dé­con­trac­té, bien dans son

époque. En té­moigne ce pan­ta­lon, as­sez dans le

coup quand même.

LES BRA­CE­LETS GRI­GRIS Trois bouts de co­ton tres­sés, c’est l’in­car­na­tion de la mo­des­tie pour le dé­fen­seur des sans-voix qui dit faire de la po­li­tique par le bas. Avec pier­cing et boucles d’oreilles, il est l’in­car­na­tion de cette jeu­nesse eu­ro­péenne in­di­gnée, pas­sée de la so­cié­té ci­vile à la vie po­li­tique. Des co­li­fi­chets qui s’ac­cordent bien avec ce bouc de prof en sciences po­li­tiques.

ON RE­TROUSSE LES MANCHES Il a tro­qué ses po­los aux cols fa­ti­gués et son blou­son en peau ava­chi pour des che­mises cin­trées ou à car­reaux. Avec un signe dis­tinc­tif, les manches re­trous­sées, si­gna­ture du gars dé­ci­dé et proche du peuple, qui tourne le dos aux ca­pi­ta­listes et à l’es­ta­blish­ment. Ça fait plus ul­tra­gauche. Pas de poing le­vé, mais des ap­plau­dis­se­ments du pu­blic qu’il s’agit de mo­bi­li­ser pour les pro­chaines lé­gis­la­tives.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.