Pad­ding­ton

L'Obs - - Le Duel - OUR­SON PÉ­RU­VIEN CHOU­CHOU DES AN­GLAIS NÉ EN 1958

PLAN­TI­GRADE SYN­THÉ­TI­SÉ A l’ori­gine de « Gra­vi­ty » et de « Har­ry Pot­ter », Da­vid Hey­man est le pro­duc­teur an­glais qui fait trem­bler Hol­ly­wood. Sa bonne

idée : mettre Pad­ding­ton, un per­son­nage ani­mé, dans un film réel. Ré­sul­tat : la quête d’in­té­gra­tion de cet ours pé­ru­vien per­du dans Londres trouve une ré­so­nance dans la na­ture com­po­site des images. Même si on se de­mande qui, de Pad­ding­ton ou de Ni­cole

Kid­man – la mé­chante –, contient le plus d’ef­fets spé­ciaux.

MAS­COTTE TÉ­LÉ Ins­ti­tu­tion bri­tish, l’our­son gaf­feur en duffle-coat n’avait en­core ja­mais po­sé les pattes dans un film. Dès 1975

pour­tant, une sé­rie d’ani­ma­tion, pro­duite pour la té­lé par la BBC, le met­tait en scène. Ont sui­vi une sé­rie amé­ri­caine, une autre ca­na­dienne, des pe­luches et quan­ti­té d’autres pro­duits dé­ri­vés à son ef­fi­gie. C’est bien simple : dans les pays an­glo-saxons et au Ja­pon,

où on lui voue un culte, Pad­ding­ton était par­tout, sauf au ci­né­ma. L’ur­si­dé crée par Mi­chael Bond, dont les livres se sont ven­dus à plus de 35 mil­lions d’exem­plaires, de­vait at­ter­rir un jour

au ci­né­ma.

CHÉ­RIS­SONS NOS SANS-PA­PIERS Im­mi­gré clan­des­tin, Pad­ding­ton est re­cueilli par une fa­mille d’An­glais dont le père, mé­fiant, met un cer­tain temps avant de l’ac­cep­ter dans son foyer. Sous l’ava­lanche de gags, le film traite

du dé­ra­ci­ne­ment et de notre rap­port à l’étran­ger.

L’our­son gaf­feur, une bête plu­tôt

hu­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.