As­té­rix

L'Obs - - Le Duel - GAU­LOIS PRÉ­FÉ­RÉ DES FRAN­ÇAIS NÉ EN 1959

CELTE EN 3D Tête pen­sante et homme à tout faire de la sé­rie « Kaa­me­lott », Alexandre As­tier s’est vu pro­po­ser une ver­sion en chair et en os d’« As­té­rix en His­pa­nie », mais a pré­fé­ré adap­ter « le Do­maine des dieux » en ani­ma­tion et 3D. Ré­sul­tat : l’uni­vers du film n’a ja­mais au­tant res­sem­blé à ce­lui de la BD. Ça nous change des fausses mous­taches et de la be­daine pleine

de vod­ka de l’Obé­lix ver­sion De­par­dieu.

STAR DE CI­NÉ Hé­ros na­tio­nal, As­té­rix a très tôt épar­pillé du Ro­main fa­çon puzzle sur grand écran. Dès 1967, « As­té­rix le Gau­lois » réunis­sait

2,4 mil­lions de spec­ta­teurs. Ont sui­vi 7 autres des­sins ani­més et 4 films. Pas mal pour une marque sur la­quelle Uder­zo et les ayant-droits de Gos­cin­ny, forts de leurs 355 mil­lions d’al­bums ven­dus,

veillent de près. Le culte « As­té­rix et Obé­lix : mis­sion Cléo­pâtre » de Cha­bat,

qua­trième plus gros suc­cès fran­çais, ne doit pas faire ou­blier les ou­trages que

sont les autres adap­ta­tions, dont ce som­met de nul­li­té bling-bling qu’est « As­té­rix & Obé­lix aux jeux Olym­piques »

avec De­lon et Poel­voorde.

BOU­TONS L’EN­VA­HIS­SEUR HORS DE FRANCE « Le Do­maine des dieux » fus­tige les fausses po­li­tiques éco­los, l’uni­for­mi­sa­tion cultu­relle et l’im­pé­ria­lisme sous toutes ses formes. De là à prendre As­té­rix, éter­nelle in­car­na­tion des va­leurs fran­chouillardes, pour un chantre du pro­gres­sisme…

Le Gau­lois ir­ré­duc­tible, un homme plu­tôt

bes­tial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.