Le clash des di­plo­mates

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - SO­PHIE FAY

C ’est sur un échange d’une rare vio­lence que s’est ou­verte la sep­tième World Po­li­cy Con­fe­rence, or­ga­ni­sée cette an­née par l’Ifri du 8 au 10 décembre à Séoul. Di­plo­mate de haut rang, plu­sieurs fois am­bas­sa­deur, le pro­fes­seur ja­po­nais Sho­ta­ro Oshi­ma a qua­li­fié d’ « acte de res­pect tout à fait nor­mal en­vers ceux qui ont don­né leur vie pour la na­tion » l’hom­mage ren­du par le Pre­mier mi­nistre Abe au sanc­tuaire Ya­su­ku­ni, où sont inhumés des criminels de guerre condam­nés pour leurs agis­se­ments dans la deuxième guerre si­no-ja­po­naise. Cette dé­cla­ra­tion a dé­clen­ché la co­lère de Wu Jian­min, ex-am­bas­sa­deur de Chine à Pa­ris et ac­tuel vice-pré­sident de l’Ins­ti­tut de Chine pour l’In­no­va­tion et la Stra­té­gie de Dé­ve­lop­pe­ment. « Si un di­ri­geant al­le­mand se re­cueillait sur la tombe de Hit­ler, il de­vrait dé­mis­sion

ner » , a-t-il ton­né, ren­dant hom­mage aux vic­times chi­noises de l’oc­cu­pa­tion ja­po­naise, « six fois plus nom­breuses que celles de l’Ho

lo­causte » . Cette joute a mon­tré à quel point l’ab­sence de pro­ces­sus de ré­con­ci­lia­tion après 1945, sur le mo­dèle fran­co-al­le­mand, pèse en­core sur les re­la­tions entre les Etats d’Asie. Une si­tua­tion très dan­ge­reuse. Pour y re­mé­dier, la pré­si­dente de la Co­rée du Sud, Park Geun-hye, a ten­du la main à ses deux grands voi­sins, pro­po­sant un som­met de chefs d’Etat Chine-Co­rée du Sud-Ja­pon. In­dis­pen­sable à l’heure où les na­tio­na­lismes montent dans chaque pays sur fond de ri­va­li­tés éco­no­miques. « Une si­tua­tion qui n’est pas sans rap­pe­ler celle de l’Eu­rope avant la Pre­mière Guerre mon­diale » , note Tho­mas Gomart, di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment de l’Ifri.

PLA­CÉ ET HOL­LANDE DANS UN AVION…

Le chef de file des sé­na­teurs verts, Jean-Vincent Pla­cé, a ex­pli­qué à Fran­çois Hol­lande que les éco­lo­gistes ont « vo­ca­tion à re­ve­nir au

gou­ver­ne­ment » après les élec­tions ré­gio­nales de décembre 2015, à une condi­tion : que le pré­sident ins­taure le mode de scru­tin pro­por­tion­nel in­té­gral pour les lé­gis­la­tives de 2017. Pla­cé a for­mu­lé cette de­mande en plein ciel, lorsque le chef de l’Etat l’a convié à dî­ner en tête à tête à l’avant de l’avion pré­si­den­tiel au cours de son vol de re­tour de Mos­cou le sa­me­di 6 décembre.

LE FN “VERT” FAIT RIRE JAUNE

En pré­sen­tant son col­lec­tif Nouvelle Eco­lo­gie, cen­sé convaincre les élec­teurs éco­lo­gistes de vo­ter Ma­rine Le Pen, le FN sus­cite des ri­ca­ne­ments par­mi les ONG. Son res­pon­sable, l’éco­no­miste Phi­lippe Mu­rer (pho­to), se dé­clare fa­vo­rable au bar­rage de Si­vens, pour le­quel des hec­tares de zone hu­mide ont été ra­ti­boi­sés, et contre l’ex­ploi­ta­tion du gaz de schiste « pour le

mo­ment »… Pour ne rien ar­ran­ger, Nouvelle Eco­lo­gie est pro­nu­cléaire, « une éner­gie pas chère et “dé­car­bo­née” » , alors que Mu­rer dé­fend un pro­gramme « pa­triote » d’un fa­rouche pro­tec­tion­nisme. « Or le com­bus­tible des cen­trales, l’ura­nium, est im­por­té à 100% ! »

sou­rit un res­pon­sable d’ONG.

GUAI­NO ET DA­TI CONTESTENT PÉ­CRESSE

Ru­meur ou simple pro­voc ? Hen­ri Guai­no, Ra­chi­da Da­ti et Da­vid Douillet se sont os­ten­si­ble­ment réunis dans un ca­fé bran­ché près de l’As­sem­blée na­tio­nale la se­maine der­nière. Ma­nière de don­ner corps à la ru­meur qui leur prête l’in­ten­tion de dis­pu­ter la tête de liste des élec­tions ré­gio­nales en Ile-de-France à Va­lé­rie Pé­cresse. Le trio, qui s’in­quiète d’une éven­tuelle dé­fec­tion de l’élec­to­rat po­pu­laire fran­ci­lien, en­vi­sage même quelques dé­pla­ce­ments com­muns en jan­vier pour prendre la tem­pé­ra­ture. Et, sug­gère Guai­no, qui as­sure « ré­flé­chir », « pour­quoi ne pas re­cou­rir à des pri­maires » pour dé­si­gner la tête de liste ? Pé­cresse, elle, as­sure ne pas s’in­quié­ter et s’en te­nir aux as­su­rances que lui a don­nées Sar­ko­zy qui l’a nom­mée co­or­di­na­trice pour les élec­tions ré­gio­nales.

L’ÉTHIQUE SE­LON “CLO­SER”

Il n’y a que les mau­vaises langues pour pré­tendre que « Clo­ser » est sans li­mites. Lau­rence Pieau (pho­to), sa di­rec­trice de la ré­dac­tion, ex­pose ses grands prin­cipes dans son livre « Scoop Sto­ry » : le journal ne pu­blie pas « des choses graves si elles ne sont pas connues des per­sonnes très proches » (sans pré­ci­ser jus­qu’où va le cercle des très proches), pas de su­jets sur la ma­la­die d’une per­son­na­li­té ou sur « une pro­créa­tion mé­di­ca­le­ment as­sis­tée ».

Des nos­tal­giques du Ja­pon im­pé­ria­liste au sanc­tuaire Ya­su­ku­ni, le 15 août 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.