Oui, mais ces be­soins se­ront-ils sol­vables, si les gens n’ont plus d’em­ploi ?

L'Obs - - Grands Formats -

R. Ri­va­ton Les gains de pro­duc­ti­vi­té se­ront im­por­tants. Et si elle est cor­rec­te­ment re­dis­tri­buée, la ri­chesse dé­ga­gée pour les consommateurs par cette nou­velle éco­no­mie, qui fait bais­ser les prix, se­ra un mo­teur de crois­sance et d’em­ploi dans d’autres sec­teurs. B. Stie­gler La re­dis­tri­bu­tion est pré­ci­sé­ment le coeur du pro­blème ! Si la part de ri­chesse qui va au tra­vail conti­nue à for­te­ment ré­gres­ser par rap­port à celle qui va au ca­pi­tal – c’est-à-dire aux pro­prié­taires des ma­chines et des sys­tèmes lo­gi­ciels –, cette ri­chesse ne pro­fi­te­ra qu’à une très pe­tite élite mon­diale, au dé­tri­ment des ci­toyens or­di­naires. Ce­la conduit à l’ef­fon­dre­ment du mo­dèle ma­croé­co­no­mique for­do-key­né­sien, fon­dé sur la re­dis­tri­bu­tion par les sa­laires. Quel est pour vous le dan­ger prin­ci­pal de cette so­cié­té au­to­ma­tique ? B. Stie­gler L’homme lutte contre l’« en­tro­pie », c’es­tà-dire le désordre, et le lan­gage est un élé­ment pri­mor­dial de cette lutte. Or les au­to­mates lin­guis­tiques

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.