Izïa en haut de la vague

PAR IZÏA (BAR­CLAY)

L'Obs - - Critiques - SOPHIE DELASSEIN

Ne cher­chez plus Izïa sur une quel­conque scène rock, le corps en transe, les che­veux dans les yeux. Ne cher­chez pas da­van­tage à re­trou­ver cette voix que l’on a si sou­vent com­pa­rée à celle de Ja­nis Jo­plin. Son nou­vel al­bum « la Vague » est une vé­ri­table sur­prise, té­moi­gnage d’un chan­ge­ment ra­di­cal de style. Après deux disques rock en an­glais, ce­lui-ci est élec­tro et en fran­çais. A 25 ans, la fi lle ché­rie de Jacques Hi­ge­lin, pour la­quelle il écri­vit ja­dis « Bal­lade pour Izïa » ou plus ré­cem­ment « J’t’aime telle », n’est pas de celles qui se laissent fa­ci­le­ment en­fer­mer dans un style. Certes, on pour­rait re­pro­cher à John­ny Hos­tile, l’ar­ran­geur de ces neuf nou­velles chan­sons, ses nappes trop épaisses et sur­char­gées. Mais leur e ca­ci­té fi nit par s’imposer. Cette am­biance mu­si­cale en e et va­lo­rise la voix fou­gueuse d’Izïa : elle lui per­met de dé­ve­lop­per toute sa par­ti­cu­la­ri­té et son charme. Chan­ter en fran­çais, pour elle, c’est ris­quer la com­pa­rai­son avec Ar­thur H, son de­mi-frère, et plus en­core avec leur père. Mais elle s’en sort très bien. Les textes, qui évoquent des per­son­nages sur le point de prendre la fuite ou qui, dé­jà, ont pris le dé­part, sont éton­nants. Face à ce vide, à ces ab­sences, la voix tra­duit le sen­ti­ment d’aban­don. Sans mé­lan­co­lie, avec ré­si­lience. Cette lé­gère plainte on la per­çoit en écou­tant « Hey », « Si­lence ra­dio », « les En­nuis ». Plus loin dans l’al­bum, « Au­tour de toi » en est sans doute le mo­ment le plus fort : ce­lui où l’al­chi­mie entre le chant, les pa­roles et la mu­sique est la plus réus­sie. Un tube en puis­sance. Izïa, co­mé­dienne et chan­teuse, peut se ras­su­rer : son par­cours de­meure un sans-faute.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.