MA­ZEAUD DÉ­NONCE LE PRÉ­SI­DEN­TIA­LISME

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

An­cien pré­sident du Conseil consti­tu­tion­nel, Pierre Ma­zeaud, a écrit à la jour­na­liste Ghis­laine Ot­ten­hei­mer pour lui si­gni­fier qu’il était en­tiè­re­ment d’ac­cord avec la thèse dé­fen­due dans son livre « Poi­son pré­si­den­tiel », pu­blié la se­maine der­nière chez Al­bin Mi­chel. L’ou­vrage at­taque en ef­fet les dé­rives – con­cen­tra­tion des pou­voirs, illu­sion de l’homme pro­vi­den­tiel… – que gé­nère l’élec­tion du pré­sident de la Ré­pu­blique fran­çaise au suf­frage uni­ver­sel di­rect, ré­forme ins­ti­tuée par de Gaulle en 1962. Ma­zeaud a ra­con­té à cette oc­ca­sion à l’au­teur qu’il avait ten­té, en vain, de mettre le Gé­né­ral en garde contre les consé­quences de cette mo­di­fi­ca­tion de la Cons­ti­tu­tion de 1958. Le conseiller po­li­tique d’Alain Jup­pé, Gilles Boyer, a, lui, sim­ple­ment com­men­té : « Poi­son ten­tant tout de même ! »

LA MA­JO­RI­TÉ ROULE POUR LES BU­RA­LISTES

Ani­mé par le nou­veau dé­pu­té PS du Doubs, Fré­dé­ric Bar­bier, le groupe de tra­vail sur l’ave­nir des bu­ra­listes, créé à l’As­sem­blée à la suite du vote du pa­quet neutre, est sui­vi de près par l’Ely­sée. Il n’a pas échap­pé à Hol­lande que les bu­ra­listes ac­cueillent chaque jour 10 mil­lions de clients, soit… 17 000 per­sonnes par cir­cons­crip­tion ! Pour lut­ter contre le com­merce illi­cite et amé­lio­rer la sé­cu­ri­té, la ré­mu­né­ra­tion et la di­ver­si­fi­ca­tion de l’ac­ti­vi­té des bu­ra­listes, les par­le­men­taires éva­luent le coût des me­sures à 200 mil­lions d’eu­ros, une somme qui se­rait fi­nan­cée par les seuls ci­ga­ret­tiers et leur op­ti­mi­sa­tion fis­cale. Comme si le dis­cours du Bour­get sur le « monde de la fi­nance » n’était pas to­ta­le­ment par­ti en fu­mée… La par­ti­ci­pa­tion des cen­tristes à la pri­maire pré­si­den­tielle de l’UMP ne de­vrait pas po­ser de pro­blème. « Soit on re­voit les règles en­semble, soit ils ont leurs propres règles », ex­plique Thier­ry So­lère (pho­to), concep­teur de cette in­no­va­tion à droite. Le dé­pu­té UMP des Hauts-de-Seine cite ain­si l’exemple de Jean-Mi­chel Bay­let in­té­grant la pri­maire so­cia­liste en 2011 se­lon des mo­da­li­tés dé­fi­nies par les ra­di­caux de gauche. Pré­sident du groupe des dé­pu­tés cen­tristes, Phi­lippe Vi­gier penche pour cette so­lu­tion. Ob­jec­tif : faire en sorte que Fran­çois Bay­rou ne puisse pas ar­guer de ces règles pour re­fu­ser de par­ti­ci­per à cette pré­sé­lec­tion. Vi­gier doute de l’en­ga­ge­ment du pré­sident du MoDem dans le pro­ces­sus. A tout le moins de­vra-t-il as­su­mer la res­pon­sa­bi­li­té de la di­vi­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.