Fal­cia­ni ba­lance

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - MA­THIEU DE­LA­HOUSSE

Après avoir ré­vé­lé un sys­tème mon­dial de fraude fis­cale et per­mis d’iden­ti­fier des mil­liers de frau­deurs de France et d’ailleurs, l’an­cien in­for­ma­ti­cien de la HSBC Pri­vate Bank ra­conte les cou­lisses de ses propres aven­tures. Elles ont dé­bu­té en dé­cembre 2008 lors­qu’il a quit­té la Suisse avant d’en­ta­mer sa collaboration avec le fisc fran­çais. Dans son livre « Séisme sur la pla­nète fi­nance. Au coeur du scan­dale HSBC » à pa­raître le 16 avril aux Edi­tions La Dé­cou­verte, il dé­nonce des en­traves. En 2009, sans doute e rayé par les noms ap­pa­rus dans les lis­tings, le pou­voir po­li­tique a, se­lon lui, fait en sorte de pa­ra­ly­ser l’en­quête : « Les pre­miers à avoir su que la mi­nistre de la Jus­tice [Mi­chèle Al­liotMa­rie] vou­lait obli­ger le pro­cu­reur de Nice [Eric de Mont­gol­fier] à res­ti­tuer les preuves des dé­lits avaient été les agents des douanes. Se­lon leurs in­for­ma­tions, la dé­ci­sion avait été prise au plus haut ni­veau du gou­ver­ne­ment fran­çais, peut-être par le pré­sident de la Ré­pu­blique Sar­ko­zy, in­for­mé du conte­nu de mon or­di­na­teur par un de ses conseillers qui avait ren­con­tré mon an­cien avo­cat à Pa­ris. » Fal­cia­ni ajoute qu’en dé­cembre 2009 la gen­dar­me­rie et le fisc ont re­çu l’ordre d’in­ter­rompre l’en­quête. Ce n’est qu’en avril 2013 qu’une in­for­ma­tion ju­di­ciaire avait fi­na­le­ment été ou­verte. Les juges l’ont au­jourd’hui ter­mi­née. les deux biens se­ront vendus aux en­chères pro­chai­ne­ment. L’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale lui ré­clame par ailleurs 1,9 mil­lion d’im­pôts élu­dés… Autre pre­mière : son avo­cat fis­ca­liste a été condam­né à un an de pri­son avec sur­sis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.