Com­ment nous le fe­rons tom­ber

Guerre en Ukraine, crise éco­no­mique… Vla­di­mir Pou­tine est au­jourd’hui fra­gi­li­sé, a rme son ex-Pre­mier mi­nistre, de­ve­nu de­puis l’un de ses prin­ci­paux ad­ver­saires

L'Obs - - Grands Formats - PROPOS RECUEILLIS À MOS­COU PAR VINCENT JAUVERT

gande o cielle nous traite de Dans ses dis­cours, Pou­tine a dé­cla­ré qu’il y a, en Rus­sie, des « en­ne­mis de l’in­té­rieur ». Nous avons été ci­tés nom­mé­ment. Cer­tains ont pu in­ter­pré­ter cette at­mo­sphère de haine comme un ap­pel au meurtre. Voi­là la grande res­pon­sa­bi­li­té du pré­sident russe. Cer­tains pensent que Nemt­sov a été tué à cause du rap­port qu’il pré­pa­rait sur la pré­sence de l’ar­mée russe en Ukraine. Bo­ris avait bien l’in­ten­tion de pu­blier un tel do­cu­ment. Cinq jours avant son as­sas­si­nat, nous avions dé­ci­dé que notre par­ti pu­blie­rait ce texte. Des sources fiables étaient prêtes à lui four­nir aus­si des in­for­ma­tions jusque-là in­con­nues sur les sé­pul­tures de sol­dats et même d’o ciers russes morts en Ukraine. Mais le tra­vail n’était pas ter­mi­né. Je ne pense donc pas qu’il soit la cause du meurtre. A-t-il été tué parce qu’il était l’un des chefs de la ma­ni­fes­ta­tion de l’op­po­si­tion le len­de­main ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.