Lourd comme du kloug

EN AL­TER­NANCE JUS­QU’AU 1ER JUILLET, DE DEA LO­HER. CO­MÉ­DIE-FRAN­ÇAISE, PA­RIS-1ER, RENS. : 0825-10-16-80.

L'Obs - - Critiques - J. N.

Dans son nou­veau spec­tacle Fabrice Lu­chi­ni (voir ci-contre) cite Cio­ran, le­quel dit que, contrai­re­ment aux Al­le­mands, les Fran­çais pré­fèrent un men­songe bien dit à une vé­ri­té mal for­mu­lée. On se sent fol­le­ment fran­çais en sor­tant de cette pièce al­le­mande mise en scène par le Qué­bé­cois De­nis Mar­leau, où des « his­toires parallèles (…) fi­nissent par s’en­tre­mê­ler » – et même par s’em­mê­ler. L’au­teur s’in­ter­roge pen­dant deux heures vingt (sans en­tracte) sur « la non-fia­bi­li­té du monde ». Plus lourd et in­di­geste que le fa­meux kloug aux mar­rons de M. Pres­ko­vitch. Ques­tion : pour­quoi le co­mi­té de lec­ture de la Co­mé­die-Fran­çaise a-t-il ins­crit à son ré­per­toire une oeuvre aus­si fu­meuse ? Ré­ponse : le tra­duc­teur, Laurent Muh­lei­sen, conseiller lit­té­raire et théâ­tral de la Co­mé­die-Fran­çaise, pré­side le bu­reau des lec­teurs. On es­père qu’Eric Ruf, le nou­vel ad­mi­nis­tra­teur gé­né­ral, ne to­lé­re­ra plus les col­lu­sions de ce genre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.