Jean-Yves Le Drian

Homme de confiance du pré­sident, le mi­nistre de la Dé­fense fait la “guerre contre le ter­ro­risme” et vend des armes aux “par­te­naires stra­té­giques”

L'Obs - - 10 Choses À Savoir Sur… - SYL­VAIN COU­RAGE

VRP Hol­lande voit en lui « le com­mer­cial de l’an­née ». Pen­sez donc, 60 Ra­fale vendus en deux mois ! Ses apar­tés avec le pré­sident égyp­tien Al-Sis­si ou le conseiller na­tio­nal in­dien pour la sé­cu­ri­té ont été dé­ci­sifs… « Je suis le chef de l’équipe France, ex­plique Le Drian. Mon tra­vail consiste à créer une re­la­tion de confiance avec nos par­te­naires stra­té­giques. » Sa pro­chaine cible ? Les Emi­rats arabes unis où il est au mieux avec le cheikh Mohammed ben Zayed à qui il a dé­jà ca­sé deux sa­tel­lites.

2

FAU­CON

1

« Sur l’arc du ter­ro­risme qui va du Wa­zi­ris­tan à la Mau­ri­ta­nie », il jus­ti­fie, le doigt sur la cou­ture du treillis, l’em­ploi de forces fran­çaises. « Au Ma­li, nous avons évi­té que se consti­tue un sanc­tuaire du ter­ro­risme. Avec l’opé­ra­tion Bar­khane, nous com­bat­tons le dji­ha­disme au Sa­hel avec cinq pays de la ré­gion. En Irak, des forces aé­riennes fran­çaises sont en­ga­gées dans la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale contre Daech… Toutes ces opé­ra­tions ex­té­rieures par­ti­cipent à la sé­cu­ri­té de notre pays. » La mis­sion de ce nou­veau Lou­vois consiste aus­si à as­su­rer la « pro­tec­tion in­té­rieure » en a ec­tant 10000 hommes à l’opé­ra­tion Sen­ti­nelle.

3

BUD­GET Le Drian veille fa­rou­che­ment à la sanc­tua­ri­sa­tion des moyens de la Dé­fense. Il vient d’ob­te­nir que 18 000 postes soient main­te­nus sur 24 000 sup­pres­sions en­vi­sa­gées. Le mi­nistre est par­ti­san de créer des « so­cié­tés de pro­jets » pri­vées qui ac­quer­ront fré­gates et A400M pour les louer aux ar­mées…

4

RÉ­GIO­NALES Pré­sident de la ré­gion Bre­tagne de 2004 à 2012, Le Drian vou­drait fi­nir sa car­rière en re­pre­nant la tête de son du­ché. Il se­rait le seul en me­sure de sau­ver ce bas­tion so­cia­liste me­na­cé. Mais voi­là, Hol­lande, Das­sault, ses amis du Moyen-Orient et d’Afrique ont be­soin de lui. Dilemme ! « Je suis mi­nistre à 100%. Le mo­ment n’est pas en­core ve­nu de se pro­non­cer… »

5

JOC Is­su d’une fa­mille de pro­lé­taires bre­tons, Le Drian est un pur pro­duit de l’école ré­pu­bli­caine – agré­gé d’his­toire –, du ca­tho­li­cisme so­cial – comme ses pa­rents il a mi­li­té aux Jeu­nesses ou­vrières chré­tiennes (JOC) – et du syn­di­ca­lisme étu­diant – il était l’un des lea­ders de Mai-68 à la fac de Rennes. Ré­gio­na­liste et eu­ro­péen, il in­carne une gauche de gou­ver­ne­ment très « réa­liste ». Son in­ter­ven­tion a été dé­ci­sive dans la no­mi­na­tion de Valls à Ma­ti­gnon.

6 MON­SIEUR AFRIQUE

Le Drian qui dit « por­ter un re­gard neuf » sur le conti­nent noir est de­ve­nu l’in­time des po­ten­tats d’Afrique subsaharienne. De­nis Sas­sou-Ngues­so (Con­go), Idriss Dé­by (Tchad) et Ma­ha­ma­dou Is­sou­fou (Ni­ger) ne ta­rissent pas d’éloges sur lui. En jan­vier, sa ré­cep­tion en grandes pompes dans le vil­lage na­tal d’Idriss Dé­by (pho­to) qui truste le pou­voir de­puis vingt­quatre ans a déses­pé­ré l’op­po­si­tion tcha­dienne.

7

GRAND LO­RIENT Il n’a ja­mais confir­mé – ni dé­men­ti ! – avoir été ini­tié au Grand Orient de Lo­rient, ville dont il a été maire de 1981 à 1998. L’obé­dience ré­pu­bli­caine à la­quelle ap­par­tient son di­rec­teur de ca­bi­net Cé­dric Le­wan­dows­ki est en­core ac­tive dans les mi­lieux de la Dé­fense, ain­si qu’en Afrique où gou­vernent les ini­tiés Dé­by, Bon­go et Sas­sou-Ngues­so.

8

DAS­SAULT « Le Fi­ga­ro », pro­prié­té de Serge Das­sault, ne cesse de van­ter la dis­cré­tion et l’e ca­ci­té du mi­nistre de la Dé­fense qui tran­che­raient avec les e ets d’an­nonce in­tem­pes­tifs et in­fruc­tueux de Sar­ko­zy ! Le 4 mars der­nier, Le Drian et Hol­lande ont vi­si­té de concert Das­sault Avia­tion où sont as­sem­blés les Ra­fale.

9

MEN­HIR 100% gra­nit ! Ce Bre­ton tai­seux, vo­lon­tiers com­pa­ré à un mo­no­lithe, n’est pas du genre à faire de l’es­broufe. Les pla­teaux de té­lé­vi­sion, très peu pour ce « prag­ma­tique », comme il aime à se dé­fi­nir, qui pré­fère les mis­sions se­crètes que lui confie Hol­lande. Il ne s’ex­prime ja­mais sur les su­jets ex­té­rieurs à sa com­pé­tence. Ré­sul­tat : zé­ro couac !

10

HOL­LAN­DAIS Com­pa­gnon de Fran­çois Hol­lande de­puis la créa­tion des « trans­cou­rants » à Lo­rient en 1983, Le Drian est un fi­dèle. Par deux fois, il a re­pous­sé les avances de Ni­co­las Sar­ko­zy qui lui avait pro­po­sé de re­joindre son gou­ver­ne­ment. En 2009, c’est en­core à Lo­rient, sous ses aus­pices, que Fran­çois Hol­lande fut re­mis en selle pour conqué­rir l’Ely­sée. Son mi­nis­tère ac­cueille ré­gu­liè­re­ment le dî­ner des hol­lan­dais – Le Foll, Le Roux, Reb­sa­men, Sa­pin… Et si le Bre­ton Le Drian était l’Obé­lix d’Hol­lan­dix le Gau­lois ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.