LA DROITE RE­DOUTE MA­RION

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

Si bon nombre de par­le­men­taires de l’UMP es­timent que la crise fa­mi­liale que tra­verse ac­tuel­le­ment le Front na­tio­nal nuit à son image, ils s’ac­cordent à dire qu’il en est une de la fa­mille Le Pen qui leur fait peur : Ma­rion Ma­ré­chal-Le Pen, la ben­ja­mine de l’As­sem­blée nationale. « On en­tend beau­coup en ce mo­ment dans les cou­loirs : “Je n’ai­me­rais pas dans quelques an­nées que Ma­rion Ma­ré­chal-Le Pen soit can­di­date dans ma cir­cons­crip­tion!” » rapporte le dé­pu­té UMP des Hautsde-Seine Thier­ry So­lère.

BER­CY LIT LES MO­TIONS DU PS

La mo­tion pro­po­sée par Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis au Congrès de Poi­tiers pro­pose tou­jours la fu­sion de l’im­pôt sur le re­ve­nu et de la CSG. Mais les ex­perts les plus po­li­tiques de Ber­cy doutent dé­jà de la mise en oeuvre de cette ré­forme pro­mise par Fran­çois Hol­lande en 2012. Se­lon eux, les deux pré­lè­ve­ments pré­sentent des dif­fé­rences ma­jeures (ap­pli­ca­tion du quo­tient fa­mi­lial, mode de per­cep­tion, pro­gres­si­vi­té…) qu’il est dif­fi­cile de conci­lier. « C’est une belle idée, concède Ch­ris­tian Eckert (pho­to). Mais qui reste d’un ma­nie­ment dé­li­cat. » Pour le se­cré­taire d’Etat au Bud­get, la fu­sion opé­re­rait des « trans­ferts énormes » qu’il est dif­fi­cile d’as­su­mer quand la crois­sance ne per­met pas de com­pen­sa­tions pour les per­dants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.