Chan­sons d’amour

PAR ARNAUD CA­THRINE, VER­TI­CALES, 248 P., 17,90 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - JÉ­RÔME GAR­CIN

Ils se ren­contrent au concert d’une chan­teuse alé­ma­nique. Elle est jour­na­liste dans un ca­nard de gauche, il tra­vaille à un nou­veau ro­man. Elle, bour­geoise, triom­phante, dis­pen­dieuse et pa­ri­sienne, avec des grains de beau­té par­tout. Lui, mo­deste, pu­dique, éco­nome et ar­den­nais, avec une ligne ta­touée sous le sein droit. Ils s’aiment pas­sion­né­ment, sau­va­ge­ment, s’amusent de leurs ori­gines com­plé­men­taires et s’en­ivrent de leurs odeurs res­pec­tives. Il fi­nit par s’ins­tal­ler chez elle et dé­barque avec ses livres de Georges Ba­taille qui re­joignent, sur l’éta­gère, ceux qu’elle a re­çus, dé­di­ca­cés, de Ray­mond De­par­don. Très vite, elle le pos­sède plus qu’il ne la tient, l’ha­bille, choi­sit leur lieu de vil­lé­gia­ture – Trou­ville – et dé­crète que son sa­laire su t à les faire vivre tous les deux. Mieux elle gou­verne, et plus il craint de la perdre. Plus elle tra­vaille, et moins il écrit. Vient le jour où leurs corps s’éloignent et où leur di érence so­ciale creuse un trou que la pre­mière at­ti­rance n’ar­rive plus à com­bler. « Leur amour était ap­pa­ru par le ver­sant du corps et du dé­sir. Il était per­sua­dé que son dé­clin se si­gna­le­rait par ce­lui-là même. »

Voi­ci la pre­mière des dix nou­velles qu’Arnaud Ca­thrine (pho­to) a com­po­sées sur le thème de l’amour, et ses nom­breuses dé­pen­dances: la fer­veur, l’ex­tase, l’at­tente, l’épui­se­ment, la rou­tine, la haine, la rup­ture, le re­gret, le re­mords… Le su­jet est si usé qu’on au­rait presque hé­si­té à l’ou­vrir. Mais voi­là, ce qui compte, c’est la ma­nière. Celle du ro­man­cier musicien de « la Route de Mid­land » est faite d’al­lu­sions, de li­totes, de phrases brèves, de pe­tits dé­tails ac­cu­mu­lés, de si­lences plom­bés, de re­gards fur­tifs, de pa­ra­graphes ryth­més comme des re­frains, et d’émo­tions re­te­nues. On y voit une exis­tence se bri­ser chez les fous pour l’amour ico­nique de My­lène Far­mer; un jeune homme rap­pe­ler au ma­rié ou­blieux dont il est le té­moin qu’au­tre­fois, sur cette même plage du Py­la, ils se sont dé­si­rés très fort; une femme quit­ter la femme qu’elle al­lait épou­ser parce que, dans le mé­tro, elle a croi­sé celle qu’elle avait tant ai­mée, et dont elle avait tant sou ert ; ou en­core un couple se noyer dans l’al­cool, se dé­truire pour évi­ter d’avoir à se dé­chi­rer. C’est un re­cueil d’his­toires, mais ce pour­rait être un al­bum de chan­sons. Elles sont plu­tôt tristes, mais la mu­sique des phrases n’est ja­mais cha­grine. A d’autres, le ly­risme de la mé­lan­co­lie. Sur un rythme élec­tro et dans une prose de syn­thé, Arnaud Ca­thrine dé­cline tout ce qui me­nace l’amour: le sou­ve­nir, la ba­na­li­té, le fan­tasme, l’ob­ses­sion, le temps ou les ci­trons confits. La bande-son­va de Max Rich­ter à Glo­ria Gaynor, d’Ab­ba à Nils Fra­ham et de Mar­gue­rite Du­ras à Vir­gi­nia Woolf. Pas exac­te­ment l’amour, mais exac­te­ment le livre qu’on at­ten­dait de l’au­teur des « Yeux secs », de­ve­nu écri­vain le jour où il a re­non­cé à vou­loir être chan­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.