Du­gain, sai­son 2

Où l’on re­trouve les pro­ta­go­nistes de “l’Em­prise” et la fas­ci­na­tion de l’au­teur pour le cô­té obs­cur de la farce po­li­tique. Jouis­sif

L'Obs - - Critiques - JACQUES NERSON

Si Marc Du­gain avait pour deux sous de ju­geote, il ca­che­rait que « Tri­lo­gie de l’em­prise », dont « Quin­quen­nat » est le deuxième vo­let, était à l’ori­gine un scé­na­rio. C’est en e et parce que les pro­duc­teurs de ci­né­ma et les chaînes de té­lé­vi­sion l’ont re­fu­sé qu’il en a fait un ro­man. Pour­quoi donc de­vrait-il te­nir son ori­gine se­crète? Parce que pour les beaux es­prits une in­trigue conçue pour pe­tit ou grand écran est for­cé­ment sim­pliste. Ils se trompent dou­ble­ment. D’abord, la qua­li­té des sé­ries té­lé amé­ri­caines et an­glaises (les fran­çaises res­tent à la traîne) s’est beau­coup amé­lio­rée ces temps der­niers. « Les So­pra­no », « West Wing », « Mad Men » sur­passent en sub­ti­li­té la plu­part des films ré­cents. Leur du­rée est un atout. Pas­ser 115,40 heures en com­pa­gnie de To­ny So­pra­no fait de lui votre in­time. Un hé­ros de ci­né­ma peut tou­jours cou­rir avant de vous im­pré­gner au­tant.

Pré­su­mant que, scé­na­rio re­cy­clé, le ro­man de Du­gain est bâ­clé, les mêmes beaux es­prits com­mettent une deuxième erreur. Les qua­li­tés de l’au­teur de « la Chambre des o ciers » et de « la Ma­lé­dic­tion d’Ed­gar » ne sont pas par­ties en fu­mée. On ne re­trouve pas seule­ment dans « Quin­quen­nat » les per­son­nages de « l’Em­prise » mais aus­si le style de Du­gain. Cur­sif. Ser­ré. Pas de la lavasse, du ca­fé bien noir. Noir comme les des­seins de Lau­nay qui doit au pacte conclu avec Lu­biak, son ri­val, son ac­ces­sion à la pré­si­dence de la Ré­pu­blique. Et qui le viole, une fois élu. Pas de place pour deux cro­co­diles dans le ma­ri­got.

Mau­vaise nou­velle pour ceux qui dé­nigrent Du­gain, la chance lui sou­rit. Non seule­ment son nou­veau ro­man est bien par­ti mais « Tri­lo­gie de l’em­prise » va de­ve­nir sur Arte une sé­rie en huit épi­sodes. Et qui va la réa­li­ser ? Du­gain soi­même. Le pire, voyez-vous, c’est que ça risque d’être bon. Fan de « House of Cards », la sé­rie po­li­tique ac­tuel­le­ment en vogue, Du­gain avoue s’en être ins­pi­ré pour « Tri­lo­gie ». Et ce qui lui a réus­si à l’écrit pour­rait bien lui réus­sir à l’écran.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.