Sur un air de Ba­shung

PAR PIERRE GRILLET, STOCK, 128 P., 13 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS AR­MA­NET DE­NIS DEMONPION

C’est une jo­lie sur­prise, une chan­son qu’on désha­bille. « C’est un être vi­vant, une rencontre. Qu’il s’agisse d’un coup de foudre ou d’une liai­son, il y a ce qu’elle montre, ce qu’elle cache et ce qu’elle ignore elle-même », écrit Pierre Grillet, pa­ro­lier d’Her­vé Vi­lard, Ca­ro­line Loeb, Va­nes­sa Pa­ra­dis et au­teur de « Ma­dame rêve », un des plus beaux titres de Ba­shung. Une ode dé­li­cate à la mas­tur­ba­tion féminine ins­pi­rée par un amour fou dont Grillet dé­voile l’his­toire, de rup­tures consom­mées en re­gains fu­gi­tifs et tra­hi­sons ré­pé­tées. Le récit, vif et sans fard, mêle le por­trait de celle qu’il ai­ma, fan­tasque et gra­cieuse, à l’écri­ture de la chan­son. Com­ment Ba­shung s’en sai­sit et la su­blime. Et par quelle com­bi­nai­son la femme et le chan­teur, tous deux dis­pa­rus, re­vivent au­jourd’hui. La science-fic­tion nous avait pro­mis le steak en com­pri­mé. Eh bien, on y est. Do­mi­nique No­ra, qui passe plus de temps dans la Si­li­con Val­ley qu’à Saint-Ger­main-des­Prés, nous ré­gale d’un fes­tin de dé­cou­vertes bio tech­no de pre­mier choix. Plus be­soin de vaches pour faire du fro­mage, et pour les pro­téines, place aux grillons. Les Chi­nois ne mangent-ils pas des sau­te­relles ? Sous la forme épis­to­laire, Emile, son hé­ros, moins phi­lo­sophe mais plus prag­ma­tique que ce­lui du Jean-Jacques de « l’Edu­ca­tion », ra­conte com­ment, dans ce monde où la « tech­no-dic­ta­ture soft » s’im­pose, de pe­tits ma­lins en ar­rivent à pa­rier sur l’im­mor­ta­li­té grâce à la « bio­tech ». Le nar­ra­teur a l’en­thou­siasme du no­vice et un père qui l’in­vite à ne pas suivre à la lettre ces bons apôtres de la culture ca­li­for­nienne « as­sez sim­pli­fi­ca­trice et mer­can­tile ». Cet ou­vrage, clair et utile, o re un conden­sé de tout ce qui se fait en ma­tière de ro­bo­tique, na­no­tech­no­lo­gies et autres sciences du fu­tur. Le bon­heur, dans tout ça ? S’il n’est pas for­cé­ment pour de­main, il n’en de­meure pas moins que, dans le meilleur des mondes, le pire n’est ja­mais sûr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.