Est-ce que cette ex­po en tant que lieu de dé­bat et de dia­logue peut faire avan­cer les choses ?

L'Obs - - Tendances -

Dès que des ac­teurs im­por­tants des mondes éco­no­mique et po­li­tique se réunissent lors d’un évé­ne­ment in­ter­na­tio­nal tel qu’Ex­po Milano 2015, c’est dé­jà positif. Ce­la peut de­ve­nir une vé­ri­table pla­te­forme d’échanges où l’on parle des dé­fis que l’ave­nir nous ré­serve. La ques­tion est plus de sa­voir si ce po­ten­tiel se­ra ex­ploi­té. Nous l’es­pé­rons sin­cè­re­ment car vien­dront à Mi­lan un très grand nombre d’autres ac­teurs de la so­cié­té ci­vile et d’ONG qui dé­fendent des idées si­mi­laires aux nôtres. Peut-on rap­pro­cher les mots « gas­tro­no­mie » et « éco­lo­gie » ? Ces mots sont in­sé­pa­rables. On ne peut par­ler de pré­ser­ver la Terre si l’on ne prend pas en compte l’en­vi­ron­ne­ment dans la pro­duc­tion ali­men­taire. Si l’on veut conti­nuer à nour­rir la pla­nète, nous avons be­soin d’un sys­tème ali­men­taire du­rable qui re­garde vers le fu­tur, au lieu de se concen­trer sur les ré­sul­tats im­mé­diats. Gas­tro­no­mie et éco­lo­gie s’in­fluencent mu­tuel­le­ment ; on ne de­vrait pas par­ler de l’un sans par­ler de l’autre. As­so­ciez-vous des chefs à votre mou­ve­ment ? Oui, nom­breux sont ceux qui font par­tie de notre mou­ve­ment, qu’ils soient du ré­seau Ter­ra Madre ou membres de Slow Food. Nous avons éga­le­ment un pro­jet bap­ti­sé « l’Al­liance des Chefs ». Tra­vailler avec eux fait par­tie de nos prin­ci­paux ob­jec­tifs car ils sont des ac­teurs im­por­tants qui peuvent mettre notre phi­lo­so­phie en pra­tique, lors­qu’ils cui­sinent pour leurs clients.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.