BUS­SE­REAU SOU­TIENT SAU­VA­DET

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - RE­NAUD DÉ­LY

Echange de bons pro­cé­dés entre un ba­ron UMP et un can­di­dat cen­triste. Le 6 mai der­nier, lors de la réunion des pré­si­dents de dé­par­te­ment de la droite et du centre, Do­mi­nique Bus­se­reau, pré­sident UMP du conseil dé­par­te­men­tal de Cha­ren­teMa­ri­time, a af­fi­ché son sou­tien à Fran­çois Sau­va­det (UDI), pré­sident du dé­par­te­ment de la Côte-d’Or, pour me­ner la liste des ré­gio­nales dans la ré­gion Bour­gogne-Franche-Com­té au dé­tri­ment d’Alain Joyan­det, can­di­dat choi­si par l’UMP. La rai­son de ce ral­lie­ment? Sau­va­det s’était préa­la­ble­ment pro­non­cé pour la dé­si­gna­tion de Bus­se­reau à la pré­si­dence de l’As­so­cia­tion des Dé­par­te­ments de France (ADF). Le ren­voi d’as­cen­seur était at­ten­du…

AY­RAULT SUR­VEILLE LE REN­SEI­GNE­MENT

Bien qu’il com­prenne les ré­ti­cences de cer­tains, Jean-Marc Ay­rault n’a pas hé­si­té à vo­ter le pro­jet de loi sur le ren­sei­gne­ment. L’an­cien Pre­mier mi­nistre rap­pelle que le texte a été ini­tié lors­qu’il était en­core à Ma­ti­gnon. Pour lui, l’im­por­tant main­te­nant est de « don­ner des moyens hu­mains et tech­niques suf­fi­sants à la com­mis­sion de contrôle afin qu’elle puisse agir ef­fi­ca­ce­ment ». D’autres ga­ran­ties sont-elles né­ces­saires ? « La re­con­duc­tion du pré­sident ac­tuel de la Com­mis­sion de Contrôle des In­ter­cep­tions de Sé­cu­ri­té se­rait un si­gnal positif », as­sure le dé­pu­té de Nantes. Ce sou­tien à Jean-Ma­rie Delarue ne suf­fi­ra peut-être pas.

La fa­meuse in­ver­sion de la courbe du chô­mage ne su ra pas, le re­tour de la crois­sance et la re­lance de l’éco­no­mie, pas da­van­tage. Si Fran­çois Hol­lande pré­tend conser­ver une chance d’être ré­élu en 2017, il n’au­ra d’autre choix que d’al­ler fer­railler sur le ter­rain qu’a choi­si Ni­co­las Sar­ko­zy, ce­lui de « l’iden­ti­té ». A l’Ely­sée, on s’est convain­cu que c’est sur ce thème que se joue­ra la fu­ture ba­taille pré­si­den­tielle. Même s’il par­vient à pré­sen­ter des ré­sul­tats po­si­tifs aux élec­teurs, ce qui est en­core loin d’être ac­quis, le chef de l’Etat veut sur­tout ré­pondre au re­frain dé­cli­niste qui im­prègne le dé­bat pu­blic. Eter­nel op­ti­miste, il am­bi­tionne de re­don­ner confiance aux Fran­çais dans la « gran­deur » de leur pays. Les ral­longes bud­gé­taires ac­cor­dées à la Dé­fense comme la fré­né­sie de notre di­plo­ma­tie ou les ob­jec­tifs am­bi­tieux as­si­gnés à la COP21, la Confé­rence de Pa­ris sur le cli­mat, sont cen­sés confor­ter cette image d’un pays pas comme les autres… Chantre d’un pa­trio­tisme « ou­vert » qu’il op­pose au « na­tio­na­lisme fer­mé » por­té par la droite ra­di­ca­li­sée, Fran­çois Hol­lande se pré­pare à re­trou­ver Ni­co­las Sar­ko­zy comme ad­ver­saire dans deux ans. Son pré­dé­ces­seur est à la fois le plus dé­ter­mi­né et le mieux pla­cé dans son camp. Et face à lui, Hol­lande pour­rait sans doute plus ai­sé­ment dé­fi­nir sa propre iden­ti­té po­li­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.