“Ah, même la France…”

L'Obs - - Chronique -

Le 5 mai, le mi­nis­tère des Af­faires étran­gères a or­ga­ni­sé au Quaid’Or­say une rencontre consa­crée à « La li­ber­té d’ex­pres­sion sur in­ter­net ». Pour y ac­cé­der, on tra­ver­sait les sa­lons de l’hô­tel du mi­nistre, dé­co­rés de ma­quettes d’Air­bus et de lan­ceurs Ariane, di­plo­ma­tie éco­no­mique oblige… Pro­gram­mé à l’oc­ca­sion de la Jour­née mon­diale de la Li­ber­té de la Presse, l’évé­ne­ment était des­ti­né à at­ti­rer l’at­ten­tion sur les an­ciennes et les nou­velles me­naces qui pèsent sur les jour­na­listes, sur les ter­rains de guerre, dans les dic­ta­tures ou même en plein coeur de Pa­ris, comme l’ont mon­tré l’at­taque de « Char­lie Heb­do » ou les cy­be­rat­taques de plus en plus fré­quentes contre des mé­dias (TV5 Monde, « le Monde », Rue89…). Mais le ha­sard a fait coïn­ci­der cette rencontre, fi­dèle à une noble cause dé­fen­due par la France, avec le vote, par l’As­sem­blée nationale voi­sine, du pro­jet de loi sur le ren­sei­gne­ment qui étend consi­dé­ra­ble­ment la sur­veillance d’in­ter­net en France.

In­ter­ve­nant au col­loque du Quai-d’Or­say, j’ai re­lié les deux évé­ne­ments en sou­li­gnant que l’on ne pou­vait être en­ten­du dans le monde que si on était exem­plaire chez soi, et que le pro­jet de loi ren­sei­gne­ment conte­nait des élé­ments in­quié­tants qui af­fai­blis­saient la por­tée de ce dis­cours. Nous sa­vons d’ex­pé­rience que les ré­gimes au­to­ri­taires ou dic­ta­to- riaux, ain­si que les mou­ve­ments du type Etat is­la­mique, uti­lisent à leur pro­fit toutes les contra­dic­tions des pays qui les cri­tiquent. L’ad­mi­nis­tra­tion Bush s’est to­ta­le­ment dis­cré­di­tée en in­ven­tant les « preuves » sur les armes chi­miques de Sad­dam Hus­sein pour lé­gi­ti­mer l’in­va­sion de l’Irak en 2003, et a rui­né son dis­cours sur les droits de l’homme en per­met­tant l’usage de la tor­ture, les at­taques « ci­blées » de drones, la sur­veillance de masse. Ba­rack Oba­ma s’est cou­ra­geu­se­ment at­ta­qué à la ques­tion de la tor­ture, mais a fait des drones – et de leurs vic­times ci­viles dites « col­la­té­rales » – son arme de pré­di­lec­tion, et sur­tout pour­sui­vi la sur­veillance de masse, comme l’ont ré­vé­lé les do­cu­ments d’Ed­ward Snow­den.

La France, à son tour, qua­torze ans après le Pa­triot Act amé­ri­cain et ses dé­rives que le Congrès tente ac­tuel­le­ment de cor­ri­ger, ré­pond au dé­sir de sé­cu­ri­té de ses ci­toyens

LE DES­SIN DE WIAZ

avec une loi qui au­rait fait hur­ler les so­cia­listes s’ils avaient été dans l’op­po­si­tion… En par­ti­cu­lier sur les mé­ca­nismes de su­per­vi­sion de la sur­veillance, qui af­fai­blissent le rôle de la jus­tice et per­met­tront toutes les dé­rives, comme la Ve Ré­pu­blique en a tant connues. J’en­tends dé­jà les sou­pirs de sou­la­ge­ment à Pé­kin ou dans les ca­pi­tales que la France pousse ré­gu­liè­re­ment à éta­blir ou à ren­for­cer l’état de droit : « Ah, même la France… »

Pen­dant long­temps, les Oc­ci­den­taux ont été don­neurs de le­çons, et la France n’a pas été la der­nière à le faire. Cette époque est heu­reu­se­ment dé­pas­sée, mais on au­rait pu es­pé­rer que l’ar­ro­gance d’hier cède la place à une exem­pla­ri­té conta­gieuse. Mais sur des ques­tions sen­sibles comme le droit d’asile ou la pro­tec­tion des droits des ci­toyens à l’heure de la sur­veillance gé­né­ra­li­sée, la France, comme les autres, cède aux si­rènes sé­cu­ri­taires.

Au col­loque du Quai-d’Or­say, Pa­tri­zian­na Spa­ra­ci­no-Thiel­lay, am­bas­sa­drice de France pour les droits de l’homme, m’a ré­pon­du que Fran­çois Hol­lande avait an­non­cé de sa propre ini­tia­tive qu’il sou­met­trait la loi sur le ren­sei­gne­ment au Conseil consti­tu­tion­nel. C’est vrai et c’est heu­reux; mais il n’en de­meure pas moins dif­fi­cile de faire le grand écart entre la dé­fense de la li­ber­té d’ex­pres­sion sur in­ter­net dans le monde et l’or­ga­ni­sa­tion de la sur­veillance de masse chez soi.

Sur des ques­tions sen­sibles comme le droit d’asile ou la pro­tec­tion des droits des ci­toyens

à l’heure de la sur­veillance gé­né­ra­li­sée, la France cède aux

si­rènes sé­cu­ri­taires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.