Com­ment avez-vous ap­pro­ché le per­son­nage de Thier­ry ?

L'Obs - - Culture -

J’ai tou­jours été convain­cu que les grands rôles, au ci­né­ma, pas­saient avant tout par la convic­tion que le per­son­nage fait bien son mé­tier, quel qu’il soit. Com­ment fait-il ce qu’il a à faire ? Je n’ai pas lu des mil­liards de livres, je voyage peu, mais je passe mon temps à ob­ser­ver et tout ce que je vois me sert. Cet ap­par­te­ment où nous sommes en ce mo­ment, je sais qu’il va me res­ter en mé­moire et qu’il res­sor­ti­ra un jour… Un per­son­nage peut par­tir d’un geste : si je dois jouer un type qui se sert d’un tal­kie-wal­kie, je connais les gestes des gens qui ont l’ha­bi­tude d’uti­li­ser ce genre d’ap­pa­reil, qui ne sont pas ceux que vous fe­riez na­tu­rel­le­ment. Ja­mais je n’avais au­tant tra­vaillé que pour ce rôle, je me suis po­sé toutes les ques­tions ima­gi­nables sur le per­son­nage : com­ment marche-t-il, a-t-il une pe­tite be­daine ou est-il mus­clé, cein­ture ou pas, ta­touages ou pas, tee-shirt sous la che­mise ou non, parle-t-il dou­ce­ment, est-il usé ou « in­oxy­dable », est-il fu­meur ? Je ré­flé­chis seul, puis j’en parle avec Sté­phane. Pour la ci­ga­rette, nous avons fait un es­sai, ça n’al­lait pas. La mous­tache, je l’avais dé­jà, nous avons dé­ci­dé de la gar­der. La fa­çon de par­ler est es­sen­tielle, je me suis in­ter­dit cer­tains mots, cer­taines ex­pres­sions. Com­ment Thier­ry dit-il « Bon­jour, Mon­sieur le di­rec­teur » ? Je peux le dire sur di érents tons, ce n’est pas la ques­tion, non, ce qui est es­sen­tiel est qu’il sup­prime le « bon » de « bon­jour », il dit « jour, Mon­sieur le di­rec­teur », en ten­dant la main, le bras à de­mi plié, comme s’il re­dou­tait de prendre trop de temps et d’es­pace. En tout cas, Thier­ry n’est pas le genre de per­son­nage à faire des sel­fies !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.