Le grand ba­zar du monde

PASCALE MAR­THINE TAYOU. JUS­QU’AU 20 JUIN, VNH GAL­LE­RY, PA­RIS-3e, WWW.VNHGALLERY.COM

L'Obs - - Critiques - BER­NARD GÉNIÈS

Les néons mul­ti­co­lores ac­cro­chés sur le mur de l’en­trée de la ga­le­rie VNH pour­raient faire croire à un gag : en an­glais, en chi­nois et en d’autres langues en­core, ils font cli­gno­ter un seul mot, « fer­mé ». L’en­droit, pour­tant, vient d’ou­vrir ses portes dans les salles oc­cu­pées jus­qu’au dé­but de l’an­née par la lé­gen­daire ga­le­rie YvonLam­bert. Deux jeunes femmes, Vic­toire de Pour­ta­lès et Hé­lène Nguyen Ban, as­surent dé­sor­mais la di­rec­tion de ce nou­vel es­pace qui se­ra, lui aus­si, ré­ser­vé à l’art contem­po­rain. Leur pre­mier in­vi­té est Pascale Mar­thine Tayou. C’est à lui que l’on doit le pro­logue lu­mi­neux et fa­cé­tieux de cette ex­po­si­tion gar­gan­tuesque. L’ar­tiste ca­me­rou­nais (né en 1967) a investi sans com­plexe toutes les sur­faces et les re­coins du lieu. D’im­menses ta­bleaux com­po­sés de bâtonnets de craie mul­ti­co­lores se dé­ploient dans la pre­mière salle, tels des nuan­ciers sur les­quels l’ar­tiste a col­lé de mi­nus­cules ob­jets, sortes de gris-gris énig­ma­tiques. Sous la ver­rière de la ga­le­rie, un arbre a été plan­té: des masques afri­cains en verre sont ac­cro­chés à ses branches (pho­to). De part et d’autre, de longs pieux de bois taillés comme des crayons, sur­gissent des murs, fo­rêt me­na­çante et désor­don­née. Le par­cours se pour­suit dans des pièces plus étroites où l’on dé­couvre à nou­veau des sculp­tures de verre re­cou­vertes d’ob­jets in­so­lites (frag­ments de tis­sus, cou­verts de pique-nique en plas­tique) po­sées sur des troncs d’arbre; plus loin s’alignent de hautes co­lonnes faites de céramiques chi­noises. En fin de par­cours, on pé­nètre dans un ate­lier où des bûches et des em­bal­lages en car­ton voi­sinent avec des en­seignes de com­merces ca­me­rou­nais et des vi­déos tour­nées no­tam­ment au Nigeria. Ar­tiste to­tal, Pascale Mar­thine Tayou s’em­pare de toutes les tech­niques pour créer un uni­vers pla­cé sous le signe de l’hy­bri­da­tion. Son grand ba­zar mêle les re­gards et les in­fluences les plus di­verses, liés aux ren­contres qu’a pu faire l’ar­tiste avec les cultures afri­caines ou eu­ro­péennes. Mais il ne s’agit pas ici de mé­tis­sage. L’art de Pascale Mar­thine Tayou est avant tout fon­dé sur le monde des ob­jets et du sens qu’ils re­cèlent. Ces « gris­gris », comme il les bap­tise lui-même, font aus­si bien écho à ses propres ra­cines qu’aux aber­ra­tions d’un monde contem­po­rain, sub­mer­gé par le consu­mé­risme. Ici, l’insolite cô­toie l’hu­mour. Mais, sur­tout, on est conquis par cette fièvre créa­trice qui s’au­to­rise toutes les li­ber­tés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.