Hol­lande et les fi­gures de la Ré­sis­tance

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - SYL­VAIN COU­RAGE

Ger­maine Til­lion, Ge­ne­viève de Gaulle-An­tho­nioz, Pierre Bros­so­lette et Jean Zay : les quatre por­traits des­si­nés par Er­nest Pi­gnon-Er­nest (pho­to, à droite) se­ront dé­ployés, le 27 mai, au for­mat 4 × 8 mètres sur la fa­çade du Pan­théon. « L’Obs » les dé­voile en avant-pre­mière (notre cou­ver­ture). Mais tout a com­men­cé par une es­ca­pade de Fran­çois Hol­lande et de Fleur Pellerin dans l’ate­lier de l’ar­tiste, à Ivry, le 27 sep­tembre 2014. A l’ini­tia­tive de Pierre-Louis Basse, ex-voix d’Eu­rope 1, re­con­ver­ti en conseiller pour les grands évé­ne­ments, le pré­sident, qui connais­sait le tra­vail d’un des pion­niers du street art fran­çais, a ad­mi­ré ses « in­ter­ven­tions » consa­crées à Pa­so­li­ni, Naples ou Jean Fer­rat. Ce jour-là, Hol­lande a em­bar­qué Er­nest Pi­gnon dans sa voi­ture pour al­ler dé­jeu­ner avec l’ar­tiste JR. Nais­sance d’une ami­tié ! Quinze jours plus tard, la com­mande d’Etat a sui­vi. Créa­teur un temps en­ga­gé au Par­ti com­mu­niste et ami du quo­ti­dien « l’Hu­ma­ni­té », Er­nest Pi­gnon-Er­nest était l’ar­tiste idoine : il a connu Ge­ne­viève de Gaulle-An­tho­nioz et Ger­maine Til­lion. « Ces por­traits m’ont don­né beau­coup de peine », confie ce­pen­dant l’ar­tiste, qui a réa­li­sé une qua­ran­taine de ver­sions de chaque des­sin. Fran­çois Hol­lande a dé­cou­vert le ré­sul­tat, le 11 avril, en se ren­dant à La Ruche, ci­té d’ar­tistes où ré­side Er­nest Pi­gnon-Er­nest, près de Mont­par­nasse. « Ce créa­teur ap­porte cette spi­ri­tua­li­té qui fait tant dé­faut à la Ré­pu­blique », es­time Pierre-Louis Basse. Le 27 mai, les jeunes qui ac­com­pa­gne­ront le pré­sident dans le temple ré­pu­bli­cain por­te­ront des tee-shirts sur les­quels se­ront re­pro­duites ces fi­gures de la Ré­sis­tance. Mieux que Che Gue­va­ra ? LE ROUX CRI­TIQUE JACK LANG Mo­bi­li­sant son groupe pour la dé­fense de la ré­forme du col­lège, Bru­no Le Roux, le pa­tron des dé­pu­tés so­cia­listes dit «ne pas com­prendre» l’an­cien mi­nistre so­cia­liste de l’Edu­ca­tion qui a cri­ti­qué la ré­forme du col­lège au nom de « la culture de l’ex­cel­lence pour tous ». «Les ar­gu­ments de Lang ne cor­res­pondent pas à la réa­li­té et manquent de per­ti­nence, juge Le­roux. Le sou­tien à la mi­nistre doit en­ga­ger la res­pon­sa­bi­li­té de tous. Et cha­cun de­vrait évi­ter de se voir comme un re­cours.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.