ÉCHAP­PE­REZ VOUS AUX DIX SNO­BISMES DE L’ÉTÉ ?

PAR CH­RIS­TEL BRION, CÉ­LINE CA­BOURG, SÉ­VE­RINE DE SMET, TESS LOCHANSKI, LAU­RIANE MELIERRE, MA­RIE VA­TON ET DORANE VIGNANDO

L'Obs - - La Une - M.V.

L e snob est in­sup­por­table, sur­tout l’été. Il s’a che. Il dé­am­bule non­cha­lam­ment, nez au vent, avec cette dé­bauche de style, d’es­prit et de lé­gè­re­té joyeuse qu’on trouve hor­ri­pi­lante. Face à lui, on est comme sur un ring, prêt à dé­gai­ner des salves in­sen­sées de cruau­té et de per­fi­die. Mais on a beau es­sayer, on n’y ar­rive pas. On a peur d’avoir l’air con. Alors de peur d’ag­gra­ver notre cas, on fait comme tout le monde : on rit bê­te­ment quand on ne com­prend pas. Cet été, le cru 2015 est par­ti­cu­liè­re­ment cor­sé : à l’apé­ro, le snob dé­laisse le fa­meux jam­bon Pa­ta Ne­gra et se gorge de fines la­melles de lard. En va­cances, il conti­nue de mi­ser sur la Grèce, mais cô­té nord, là où vont les au­toch­tones. Il ne brunche plus mais dé­jeune sur l’herbe, sur une nappe bro­dée. La sim­pli­ci­té, la nor­ma­li­té, il a dé­jà don­né. Ce qu’il cherche, c’est la rareté. Chic mais un poil olé olé. Parce que le nou­veau snob veut mon­trer qu’il a de l’hu­mour. Qu’il pré­cède les ten­dances, mais tou­jours au se­cond de­gré. Au vé­lo, il pré­fère le crui­ser, une sorte de mi­ni-ska­te­board pour ci­ta­dins, for­mat sac à main. Il ne re­chigne pas non plus à mé­lan­ger les styles et les époques, mixant au­da­cieu­se­ment la vi­sière de ville, les « col­liers de chien » ras du cou à sa te­nue des grands soirs. Fu­nam­bule du style, il jongle avec tous les codes, sans ja­mais tom­ber du mau­vais cô­té. Parce que le nou­veau snob ap­plau­dit la vul­ga­ri­té, mais quand c’est lui, et seule­ment lui, qui la porte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.