La­pi­daire

PAR PIERRE JOURDE, FO­LIO, 226 P., 7 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - DA­VID CAVIGLIOLI

Dans « la Pre­mière Pierre », Pierre Jourde re­vient sur l’af­faire Pierre Jourde. En 2003, Jourde avait pu­blié « Pays per­du », récit consa­cré au vil­lage au­ver­gnat de ses an­cêtres, vil­lage (Lus­saud, pho­to) qu’il connaît bien, où il se sent chez lui, et où il passe ses étés avec sa fa­mille. Le livre a dé­clen­ché, deux ans plus tard, un pu­gi­lat entre l’au­teur et quelques ha­bi­tants ul­cé­rés du­dit vil­lage. Jourde a co­gné. Ses en­fants, mé­tis, ont re­çu des in­sultes. Des pierres ont été lan­cées. En 2007, la jus­tice a condam­né quelques-uns des vil­la­geois. Ça a l’air simple. Ça ne l’est pas. Le livre était-il une dé­cla­ra­tion d’amour à la « beau­té noire » de ce pays ru­gueux ou une en­tre­prise mal­veillante ? Qui, dans le vil­lage, l’a lu ? Qui, ce jour-là, a bles­sé qui ? Les jour­na­listes ont-ils eu rai­son d’y voir, pour cer­tains, la la­pi­da­tion d’un ar­tiste par des pay­sans bor­nés ou, pour d’autres, la re­vanche mal­adroite de ru­raux rus­tauds sur l’écri­vain qui maî­trise mieux la langue qu’eux ? Dans ce livre juste et bru­ta­le­ment sin­cère, Jourde sou­lève toutes les pierres, de la pre­mière à la der­nière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.