Ile dé­serte : mode d’em­ploi

Dans un ro­man qu’on ne lâche pas, la na­vi­ga­trice Isa­belle Au­tis­sier ra­conte le cau­che­mar d’un jeune couple nau­fra­gé

L'Obs - - Critiques - GRÉ­GOIRE LE­MÉ­NA­GER

Vivre sur une île dé­serte, loin de l’hy­po­cri­sie asep­ti­sée de notre belle ci­vi­li­sa­tion, de ses smart­phones, de ses prin­cipes de pré­cau­tion et de ses plats cui­si­nés en usine, c’est bien jo­li, mais c’est un rêve qui peut tour­ner au cau­che­mar. Chez Isa­belle Au­tis­sier, qui s’y connaît un peu en na­vi­ga­tion et en ex­pé­riences ex­trêmes, le rêve com­mence sur un ba­teau avec un couple de tren­te­naires pa­ri­siens par­tis faire un tour du monde à la voile. Ils n’ont rien de bien ex­tra­or­di­naire, ils s’ap­pellent d’ailleurs Lu­do­vic et Louise comme vous et moi. Ils sont libres, sont heu­reux, font es­cale sur une île pau­mée quelque part au-de­là du cap Horn : « Un fouillis de pics tous plus vierges les uns que les autres, po­sés au mi­lieu de l’océan At­lan­tique, par plus de 50° sud. » Il y a là une base ba­lei­nière à l’aban­don, com­plè­te­ment dé­glin­guée, où des « groupes de man­chots cir­cons­pects, des fa­milles d’ota­ries, des élé­phants de mer qui se pré­lassent » ont re­pris leurs droits. C’est très beau, très sau­vage, un peu in­quié­tant aus­si. On n’a pas fi­ni de s’in­quié­ter : une tem­pête se lève, sou e à perdre ha­leine, se calme en­fin. Au ma­tin, le ba­teau a dis­pa­ru. « Sou­dain, seuls », les deux jeunes gens sont pri­son­niers de leur île, comme dans les pires ro­bin­son­nades d’au­tre­fois. Les choses sont pour­tant beau­coup moins simples que chez les « hé­ros de leurs lec­tures », qui al­laient d’une phrase à l’es­sen­tiel : « Nous construi­sîmes une ca­bane » ou « Avec les restes du navire, nous fîmes une cha­loupe ». Ici, chaque geste de sur­vie oc­cupe des pages en­tières. As­som­mer des man­chots pour les faire bouillir se ré­vèle d’une com­plexi­té in­fi­nie. Les di­gé­rer aus­si. Les conser­ver n’en par­lons pas. C’est la grande force du livre : tout dé­crire par le me­nu, nous faire éprou­ver le froid, la faim, la peur, les bou ées de haine qui rongent le couple de l’in­té­rieur. Mal­gré quelques dia­logues mal­adroits (il y en a peu), le récit file comme un th­riller dont il se­rait cri­mi­nel de ré­vé­ler l’is­sue : gla­çant, cap­ti­vant, ponc­tué d’in­ter­ro­ga­tions sur les res­sorts pro­fonds de la vie sau­vage, voi­là un ro­man dont Isa­belle Au­tis­sier tient épou­van­ta­ble­ment bien la barre. Em­bar­quez. Née en 1956 à Pa­ris, Isa­belle Au­tis­sier est la pre­mière femme à avoir fait le tour du monde à la voile en so­li­taire. Pré­si­dente de la fon­da­tion WWF France, elle est l’au­teur de « l’Amant de Pa­ta­go­nie » (50 000 ex.). « Sou­dain, seuls », ti­ré à 25 000, va être tra­duit aux Pays-Bas et en

Ita­lie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.