Har­ris & Cro­well, duo ga­gnant

EM­MY­LOU HAR­RIS & ROD­NEY CRO­WELL (NONESUCH/WAR­NER).

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS AR­MA­NET

Que ceux qui n’aiment pas la mu­sique de la cam­pagne passent leur che­min. Nous sommes au royaume de la coun­try, du Hall of Fame de Na­sh­ville et des Gram­my Awards à la pelle. Em­my­lou et Rod­ney, c’est une vieille his­toire. Qua­rante ans d’ami­tié de­puis que la belle Vir­gi­nienne choi­sit le « Blue­bird Wine » du jeune Texan en ou­ver­ture de son al­bum « Pieces of the Sky ». La chan­teuse se re­met­tait alors de la mort de Gram Par­sons, qui fut au coun­try rock (qu’il ap­pe­lait « cos­mic ame­ri­can mu­sic ») ce que Hank Williams fut à la coun­try : un flam­boyant des­pe­ra­do ré­vo­lu­tion­nant le genre. L’ex-Byrds, qu’elle ac­com­pagne sur ses deux al­bums (dont le ma­gique « Grie­vous Angel »), lui avait mis le pied à l’étrier. A son cô­té, elle avait ap­pris à épi­cer le blue­grass d’élec­tri­ci­té ca­li­for­nienne. Chan­teuse en so­lo, elle de­vient une ré­fé­rence ; duet­tiste, elle col­la­bore avec Bob Dy­lan, Neil Young, The Band et donne la ré­plique à Roy Or­bi­son, Willie Nel­son ou Mark Knop­fler ; en trio, elle se sur­passe avec les deux autres di­vas du genre, Dol­ly Par­ton et Linda Rons­tadt. Contrai­re­ment à Em­my­lou (son père était o cier dans les ma­rines), Rod­ney est un en­fant de la balle. Un grand­père di­rec­teur de cho­rale ré­pu­té et l’autre as du ban­jo, une grand-mère gui­ta­riste, un père chan­teur de hon­ky tonk. A 11 ans, il joue de la bat­te­rie dans les bars avec son père ; ado­les­cent, il s’illustre dans les groupes ga­rage de Hous­ton. Ami de Guy Clark et Townes Van Zandt, ma­rié à Ro­sanne Cash (de 1979 à 1992), il pour­suit une car­rière so­lo tout en écri­vant une brouette de tubes ou re­vi­si­tant « I Walk the Line » avec son ex-beau-père John­ny Cash. Les duos, donc, Em­my­lou et Rod­ney en connaissent un rayon. L’har­mo­nie coule de source, le plai­sir est com­mu­ni­ca­tif comme chez Nan­cy Si­na­tra/Lee Haz­le­wood ou Ro­bert Plant/Ali­son Krauss. Le pre­mier al­bum du duo, « Old Yel­low Moon », a été numéro un des charts coun­try, au­tant dire en Amé­rique au top du hit-pa­rade. Quatre ans plus tard, la paire ga­gnante re­met le cou­vert. Onze titres qui roulent, aux bons soins de Joe Hen­ry, au­teur-com­po­si­teur-chan­teur-gui­ta­riste et pro­duc­teur de choix comme ses amis Da­niel La­nois et T. Bone Bur­nett. Pour fi­nir en beau­té, on écou­te­ra une « Danse de la joie » (re­frain en fran­çais) avec ac­cor­déon ca­jun.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.