Le ma­ni­feste des In­di­gnés es­pa­gnols

La gauche an­ti-aus­té­ri­té is­sue des “in­di­gnés” s’est im­po­sée aux der­nières élec­tions comme un acteur po­li­tique ma­jeur en Es­pagne. “L’Obs” pu­blie les ex­traits ex­clu­sifs de son ma­ni­feste à pa­raître en fran­çais : “Po­de­mos, sûr que nous pou­vons !”

L'Obs - - La Une - AUDE LAN­CE­LIN ARNAUD TRACOL

La fin est donc loin d’être écrite pour les par­tis an­ti-aus­té­ri­té en Eu­rope. Alors que les pé­rils s’amon­cellent à l’ho­ri­zon de Sy­ri­za, la gauche ra­di­cale au pou­voir en Grèce, on di­sait le mou­ve­ment Po­de­mos (« Nous pou­vons ») éga­le­ment en­li­sé en Es­pagne, concur­ren­cé par une autre for­ma­tion an­ti­li­bé­rale, en plein re­flux dans l’a ec­tion de la po­pu­la­tion. C’est le contraire qui s’est pro­duit le 24 mai der­nier, au mo­ment du vote pour les ré­gio­nales, lors des­quelles le mou­ve­ment is­su des « in­di­gnés » a connu une vic­toire his­to­rique en rem­por­tant no­tam­ment la mai­rie de Bar­ce­lone, ville où les quar­tiers po­pu­laires ont mas­si­ve­ment vo­té en sa fa­veur.

Un ré­sul­tat im­pres­sion­nant pour un mou­ve­ment né il y a quatre ans à peine dans les lo­caux d’une té­lé com­mu­nau­taire fon­dée par une poi­gnée d’uni­ver­si­taires dé­ci­dés à ne pas lais­ser aux grands mé­dias conser­va­teurs et néo­li­bé­raux le mo­no­pole du dé­bat pu­blic. Em­me­née par Pa­blo Igle­sias, de­ve­nu la fi­gure cha­ris­ma­tique de Po­de­mos, cette aven­ture, qui se trans­for­me­ra en par­ti struc­tu­ré à par­tir de jan­vier 2014, au­ra ébran­lé tous les pi­liers de la po­li­tique es­pa­gnole, fai­sant sor­tir le pays du bi­par­tisme op­po­sant la droite à un so­cia­lisme es­pa­gnol ex­té­nué. Alors que les élec­tions na­tio­nales de no­vembre se pro­filent dé­sor­mais fa­vo­ra­ble­ment pour eux, les prin­ci­paux lea­ders de Po­de­mos re­viennent sur leur his­toire et leur pro­jet po­li­tique dans un livre-ma­ni­feste à pa­raître le 4 juin : « Po­de­mos, sûr que nous pou­vons! ». A les lire, c’est en e et tout un nou­veau pay­sage in­tel­lec­tuel qui se dé­voile, où des ma­jo­ri­tés so­ciales ap­pau­vries par la crise trouvent des concepts pour se po­li­ti­ser. Où les vieux mots de sou­ve­rai­ne­té nationale et de pa­trie, long­temps ban­nis à gauche, re­prennent du ser­vice face au monde de la fi­nance. Où de nou­velles ré­fé­rences sur­gissent aus­si, comme l’Ar­gen­tin Ernesto La­clau, te­nu pour le pen­seur es­sen­tiel d’une « dé­mo­cra­tie ra­di­cale ». Sûr que la fin n’est pas écrite quand un nou­vel acteur sur­git, et qu’il s’agit d’un peuple ru­de­ment éprou­vé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.