Les Grecs co­pient le fisc fran­çais

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - SO­PHIE FAY

Le 27 juillet der­nier, une dé­lé­ga­tion de fonc­tion­naires grecs très cu­rieux et très ap­pli­qués est ve­nue à Paris pour une jour­née d’étude. Ob­jet de la mis­sion : com­prendre le fonc­tion­ne­ment du Ser­vice de Trai­te­ment des Dé­cla­ra­tions rec­ti­fi­ca­tives (STDR), cette fa­meuse équipe du fisc char­gée de ré­gler les dos­siers des exi­lés fis­caux re­pen­tis, qui de­vrait ré­col­ter 2,7 mil­liards d’eu­ros en 2015. Cinq ex­perts grecs de haut ni­veau étaient pré­sents. Maï­té Ga­bet, la pa­tronne du contrôle fis­cal, leur a ex­pli­qué que, en cas d’ab­sence de ré­ponse du contri­buable sur l’ori­gine des avoirs non dé­cla­rés, l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale fran­çaise ap­plique un pré­lè­ve­ment de 60% sur le mon­tant des avoirs. « Pour­quoi pas 100% ? » s’est o us­qué un agent d’Athènes. S’en est sui­vi un dé­bat sé­man­tique sur la di érence entre taxa­tion et confis­ca­tion et sur la no­tion d’« im­pôt juste »… Pour Michel Sa­pin, qui a sui­vi de près cette vi­site re­bap­ti­sée par ses ser­vices « dos­sier STDRo­pou­los », cette mis­sion manifeste la dé­ter­mi­na­tion du gou­ver­ne­ment Tsi­pras et de son mi­nistre des Fi­nances Eu­clide Tsa­ka­lo­tos (photo) à re­mettre sur pied le sys­tème fis­cal et à lut­ter contre l’éva­sion, à la dif­fé­rence no­table de ses pré­dé­ces­seurs te­nus par le clien­té­lisme. PRÉ­CI­SION « L’Obs » (n° 2646), dans une en­quête in­ti­tu­lée « Une ombre au ta­bleau », a dres­sé le por­trait d’Yves Bou­vier. Son avo­cat nous fait sa­voir qu’un court pas­sage de l’ar­ticle porte at­teinte au res­pect de sa vie pri­vée. Ce n’était na­tu­rel­le­ment pas l’in­ten­tion de « l’Obs », sou­cieux en re­vanche de trai­ter les af­faires ju­di­ciaires ci­tées, no­tam­ment celle sus­ci­tée par la plainte de Di­mi­tri Ry­bo­lov­lev.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.