Peu d’oeuvres sont, comme la vôtre, à ce point im­bri­quées à celle d’un autre au­teur. Com­ment en êtes-vous ve­nu à vous in­té­res­ser au Da­nois Kier­ke­gaard ?

L'Obs - - Débats -

De ma­nière com­plè­te­ment for­tuite. C’était un été, j’étais dans un ca­fé si­tué juste à cô­té du ly­cée Hen­ri-IV lorsque mon frère aî­né m’a mis dans les mains l’édi­tion Gal­li­mard, col­lec­tion « Tel », des « Miettes phi­lo­so­phiques, le Con­cept de l’an­goisse, Trai­té du déses­poir ». C’était une bou­tade de sa part, parce que lui était hé­gé­lien et qu’il y avait une sorte de ré­par­ti­tion des rôles entre nous : à lui le som­met de la phi­lo­so­phie sys­té­ma­tique, l’achè­ve­ment de la mé­ta­phy­sique, à moi le ro­man­tisme an­ti­sys­tème… Et c’est res­té ain­si, puisque nous avons tous les deux fi­ni par in­cor­po­rer notre phi­lo­sophe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.