Michel Ca­dot

Ca­ma­rade de pro­mo de Fran­çois Hol­lande à l’ENA et an­cien di­rec­teur de ca­bi­net d’une poi­gnée de mi­nistres de droite, il vient d’être nom­mé au très sen­sible poste de pré­fet de po­lice de Paris

L'Obs - - 10 Choses À Savoir Sur… - CÉ­LINE RAS­TEL­LO ET VINCENT MON­NIER

1

VOL­TAIRE Fran­çois Hol­lande au­ra dû, dit-on, in­sis­ter un peu pour le convaincre d’ac­cep­ter le poste. Ils se connaissent de­puis les bancs de l’ENA, en 1978, et sa fa­meuse pro­mo­tion Vol­taire, celle de Sé­go­lène Royal, de Michel Sa­pin ou en­core de Do­mi­nique de Ville­pin. Eux ont em­bras­sé la po­li­tique. Lui, la pré­fec­to­rale. « Leur choix n’a pas été le mien. Je me sens par­fai­te­ment à l’aise dans mes fonc­tions de ser­vi­teur de l’Etat », avan­çait-il aux « Echos » en 2010.

2

MAR­SEILLE

Un « ter­ri­toire mer­veilleux », d’une « ri­chesse hu­maine et d’une in­ten­si­té de pro­jets ex­cep­tion­nelle ». Il n’a pas man­qué de ly­risme, en dé­but d’été, pour qua­li­fier les Bouches-du-Rhône, dont il fut le pré­fet du­rant deux ans (en même temps que ce­lui de la ré­gion Pa­ca). Trop court au goût de ce­lui qui y a été confron­té à quelques dos­siers brû­lants : le contrat de plan Etat-ré­gions 2014-2020, le pacte de co­hé­sion so­ciale et la SNCM… Tout n’était pas ache­vé. « Je trouve que je pars trop vite, je le re­grette beau­coup. […] Mais c’est le sort des pré­fets. Il ne dé­pend pas d’eux de sa­voir quand ils re­partent », a-t-il confié à Ma­ri­ti­ma In­fo.

3

BLA­SON Vol de co­caïne, ac­cu­sa­tions de viol d’une tou­riste ca­na­dienne, di­rec­teur de la po­lice ju­di­ciaire soup­çon­né d’avoir vio­lé le se­cret d’une en­quête : le 36, quai des Or­fèvres a été en­ta­ché par des scan­dales à ré­pé­ti­tion. Michel Ca­dot, 61 ans, ar­rive en pleine tem­pête. Il rem­place Ber­nard Bou­cault, cri­ti­qué pour sa ges­tion du main­tien de l’ordre (mo­bi­li­sa­tion contre la loi sur le ma­riage gay, ma­ni­fes­ta­tions pro­pa­les­ti­niennes) et qui a at­teint la li­mite d’âge – 67 ans. Après ces mau­vais coups, il va de­voir re­do­rer l’ins­ti­tu­tion.

4

CHAL­LENGE A la pré­fec­ture de po­lice de Paris, sou­vent consi­dé­rée comme un « Etat dans l’Etat » avec son propre ser­vice de ren­sei­gne­ment et son my­thique « 36 », siège de la po­lice ju­di­ciaire pa­ri­sienne, « sa tâche ne va pas être fa­cile », pré­dit Ni­co­las Comte du syn­di­cat Uni­té SGP Po­lice FO. En tête de ses nou­velles mis­sions : la lutte contre le ter­ro­risme. Mais aus­si contre toutes les formes de dé­lin­quance – le tra­fic de stu­pé­fiants en par­ti­cu­lier – et l’im­mi­gra­tion ir­ré­gu­lière. Sans ou­blier la ges­tion de la sé­cu­ri­té de deux grands évé­ne­ments : la grande confé­rence sur le cli­mat et l’Eu­ro 2016, qui ap­prochent à grands pas. La prin­ci­pale di culté se­lon Ni­co­las Comte? « Le manque de moyens et la fa­tigue phy­sique et mo­rale des po­li­ciers. »

5

RE­TROU­VAILLES Ils ne se se­ront pas quit­tés long­temps. Michel Ca­dot re­trouve à Paris l’ex-chef de la PJ mar­seillaise Ch­ris­tian Sainte. Spé­cia­liste du grand ban­di­tisme à la so­lide ré­pu­ta­tion, ce der­nier est ar­ri­vé en fé­vrier au pres­ti­gieux poste de di­rec­teur du « 36 ». En rem­pla­ce­ment de Ber­nard Pe­tit, mis en exa­men pour « vio­la­tion du se­cret de l’ins­truc­tion » et sus­pen­du dans la fou­lée.

6

TER­RAIN « Il n’a pas peur de se re­trou­ver face à la po­pu­la­tion », a pu consta­ter la sé­na­trice PS des Bouches-du-Rhône, Sa­mia Gha­li, qui re­grette son dé­part. Elle se sou­vient no­tam­ment d’une réunion avec les ha­bi­tants de la ci­té de la Cas­tel­lane, où elle a été im­pres­sion­née par ses qua­li­tés de « dia­logue », de « pa­tience », d’« ob­jec­ti­vi­té », d’« exi­gence » et d’« hu­ma­ni­té ». Lui dit ai­mer le ter­rain, en avoir be­soin.

7

CONSEN­SUS

« Je n’ai ja­mais en­ten­du quel­qu’un dire du mal de lui », as­sure pour sa part Ni­co­las Comte, qui se sou­vient de la fa­çon dont il était par­ve­nu, en tant que dir­cab de Mi­chèle Al­liot-Marie, en 2009, à dé­blo­quer un dia­logue so­cial dans l’im­passe. Ber­nard Ca­ze­neuve n’a pas non plus ta­ri d’éloges à son su­jet lors de son ins­tal­la­tion o cielle, le 22 juillet. Sa­luant, au pas­sage, sa ges­tion du crash de l’Air­bus A320 de la Ger­man­wings. Un « mo­ment très mar­quant », a-t-il dit à « la Pro­vence ».

8

DROITE Avant d’oc­cu­per le poste de dir­cab de MAM à l’In­té­rieur, il a exer­cé la même fonc­tion au­près d’autres mi­nistres de droite : à l’Agri­cul­ture avec Michel Bar­nier et Do­mi­nique Bus­se­reau, ain­si que chez le se­cré­taire d’Etat au Dé­ve­lop­pe­ment ru­ral Ray­mond-Max Au­bert (un an­cien lui aus­si de la pro­mo Vol­taire). Il a aus­si conseillé Do­mi­nique de Ville­pin quand il était Pre­mier mi­nistre.

9

ELF Le pri­vé l’a un temps ten­té. Au siège eu­ro­péen d’Elf Aqui­taine, à Ge­nève, au dé­but des an­nées 1990, il a été char­gé de mis­sion au­près du di­rec­teur du com­merce in­ter­na­tio­nal et des trans­ports ma­ri­times. Puis se­cré­taire gé­né­ral au­près du même di­rec­teur. Avant d’être nom­mé sous-pré­fet de Bé­ziers.

10

VÉ­LO Sa­voyard d’ori­gine mais né dans les Hauts-de-Seine, il a in­évi­ta­ble­ment sui­vi l’OM au Vé­lo­drome. Mais se­crè­te­ment, il pré­fère le vé­lo au bal­lon rond.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.