Doc­teur Seksik, I pre­sume ?

Ro­man­cier et ra­dio­logue, Laurent Seksik ra­conte, de la Rus­sie tsa­riste à la France d’au­jourd’hui, une longue li­gnée de mé­de­cins juifs

L'Obs - - Critiques - CLAIRE JUL­LIARD

La bio­gra­phie d’hommes cé­lèbres lui a four­ni la ma­tière de ses plus grands suc­cès (« les Der­niers Jours de Ste­fan Zweig » ou « le Cas Eduard Ein­stein »). Ce­pen­dant, Laurent Seksik re­vient au­jourd’hui à la fic­tion. En e et, comme l’ob­serve un de ses per­son­nages : « L’in­ven­tion ro­ma­nesque per­met de ra­con­ter l’His­toire mieux qu’au­cun trai­té. » Cap­ti­vant et ter­rible par­cours d’un siècle de po­groms et de me­nées an­ti­sé­mites, son nouvel ou­vrage ba­laie ain­si cent dix an­nées d’une longue li­gnée de mé­de­cins juifs, les Ko­tev, de Pa­vel Alexan­dro­vitch qui pra­ti­quait à Lu­di­chev dans la Rus­sie tsa­riste du dé­but du siècle jus­qu’à Lé­na, can­cé­ro­logue à Paris en 2015. En pas­sant par Men­del, émi­gré dans le Berlin des an­nées 1920 ou par Natalia, in­car­cé­rée dans les geôles de Sta­line en 1953 lors du pré­ten­du « Com­plot des blouses blanches » contre des hauts di­gni­taires so­vié­tiques.

Comme sou­vent, l’au­teur al­terne les voix des pro­ta­go­nistes et en­tre­mêle les époques. Il re­crée ain­si le chaos d’exis­tences prises dans le tu­multe des guerres et des drames in­times. Il sou­ligne éga­le­ment la com­mu­nau­té de vo­ca­tion de ses hé­ros, à la fois ac­teurs et vic­times d’une tra­gique des­ti­née fa­mi­liale. Cet hé­ri­tage pèse sur Lé­na. La jeune femme, qui a la lourde mis­sion d’an­non­cer la mort ou la ré­mis­sion à ses pa­tients, n’en est pas moins pas­sion­née par son mé­tier. Chez les Ko­tev, on évo­quait sou­vent l’épo­pée des Thé­ra­peutes, cette tri­bu juive d’Alexan­drie du pre­mier siècle de notre ère. Voués à la science mé­di­ci­nale, ces hommes pai­sibles furent mas­sa­crés sous le règne de Ca­li­gu­la. Les Ko­tev, pour qui cette science re­lève du ser­vice di­vin, semblent des­cendre de ces mal­heu­reux. Mar­quée par l’écra­sante exem­pla­ri­té des siens, Lé­na craint néan­moins d’in­ter­rompre leur li­gnée. Elle veut à toute force avoir un en­fant mais quelque chose l’en em­pêche, la pa­ra­lyse. Son di­lemme ré­side dans le dé­sir d’échap­per à la lé­gende noire de ses an­cêtres tout en leur don­nant un suc­ces­seur. La res­pon­sa­bi­li­té de l’in­di­vi­du ployant sous le far­deau de l’His­toire : Laurent Seksik pour­suit un des thèmes cen­traux de son oeuvre. S’y ajoute une ré­flexion sur l’exer­cice mé­di­cal, qui est aus­si l’art de lut­ter contre la fa­ta­li­té. Mé­de­cin et écri­vain,

Laurent Seksik, né en 1962 à Nice,

est l’au­teur de six ro­mans, dont « les Der­niers Jours de Ste­fan Zweig », ven­du à 85 000 exem­plaires,

« le Cas Eduard Ein­stein » à 70 000.

Il est tra­duit en 12 langues. « L’Exer­cice de la mé­de­cine » a été

ti­ré à 20 000.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.