Is­la­mo­pho­bie or­di­naire

L'Obs - - L’opinion - MAT­THIEU CROISSANDEAU M. C.

les crimes et les exac­tions des ter­ro­ristes is­la­mistes à tra­vers le monde, exas­pé­rée par les pro­vo­ca­tions de quelques fon­da­men­ta­listes sur notre sol, elle fi­nit par ou­blier que la très grande ma­jo­ri­té des mu­sul­mans n’as­pire qu’à vivre leur re­li­gion en paix et en pri­vé. Qu’un at­ten­tat sur­vienne, et les voi­ci som­més de s’en dé­mar­quer au plus vite comme s’ils en étaient di­rec­te­ment res­pon­sables. Qu’une po­lé­mique éclate, et les voi­là aus­si­tôt soup­çon­nés de double al­lé­geance, comme si on ne pou­vait pas être à la fois mu­sul­man et fran­çais.

La France est un pays laïque où la Ré­pu­blique as­sure à cha­cun la li­ber­té de conscience. Mais où elle ga­ran­tit aus­si à tous le libre exer­cice des cultes. Les mu­sul­mans de France, comme les ca­tho­liques, les juifs et tous les autres croyants, doivent donc ac­cep­ter et res­pec­ter toutes les lois de la Ré­pu­blique. Libre à eux, dans ces condi­tions, d’être ce qu’ils sont, de vivre comme ils l’en­tendent, de croire en ce qu’ils veulent et de prier en sé­cu­ri­té. C’est la force de notre mo­dèle ré­pu­bli­cain de trai­ter toutes les opi­nions et toutes les re­li­gions sur un pied d’éga­li­té. Ou­blier ce prin­cipe ne fait qu’ali­men­ter le dé­lé­tère sen­ti­ment du deux poids, deux me­sures et en­ferme les uns et les autres dans le com­mu­nau­ta­risme. A l’heure où l’on s’en prend à des lieux de culte et des sé­pul­tures, la laï­ci­té mé­rite mieux qu’un dé­bat sur les as­siettes pur porc à la can­tine. On ne construit ja­mais rien de bon sur la stig­ma­ti­sa­tion et le re­jet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.