Je­re­my Cor­byn

Out­si­der de­ve­nu fa­vo­ri, ce dé­pu­té de l’aile gauche pour­rait bien prendre la tête du Par­ti tra­vailliste bri­tan­nique le 12 sep­tembre. Un séisme dans la so­cial-dé­mo­cra­tie eu­ro­péenne

L'Obs - - 10 Choses À Savoir Sur… - SARAH HALIFA-LE­GRAND

MI­LI­TANT C’est un mi­li­tant-né. Ses pa­ci­fistes de pa­rents s’étaient ren­con­trés lors d’une mo­bi­li­sa­tion contre la guerre d’Es­pagne. Il conserve, dans son bu­reau à la Chambre des com­munes, les dos­siers de qua­rante ans de com­bats : Viet­nam, Stop the War Coa­li­tion (une or­ga­ni­sa­tion qu’il pré­side), Fo­rum so­cial mon­dial, Trai­té de li­breé­change trans­at­lan­tique... Il est si ab­sor­bé par ses causes qu’il lui ar­rive, à en croire sa pre­mière femme, de se conten­ter d’une boîte de ha­ri­cots rouges froids en ren­trant des réunions de son groupe par­le­men­taire, le Cam­pai­gn Group ! COR­BYN­MA­NIA Re­pré­sen­té en su­per-hé­ros sur les ré­seaux so­ciaux, ac­cueilli comme une rock star dans ses mee­tings, vic­to­rieux dans les son­dages (avec 53% des voix dans la der­nière en­quête), com­ment ce dé­pu­té de 66 ans dé­nué de cha­risme a-t-il pu dé­chaî­ner les foules ? Il fait un car­ton chez les jeunes qui rêvent d’un Sy­ri­za bri­tan­nique et tranche avec ses trois concur­rents proches du New La­bour. Si le La­bour compte 400 000 élec­teurs de plus, c’est moins grâce à la ré­forme du scru­tin, qui donne aux sym­pa­thi­sants le même pou­voir qu’aux adhé­rents ou aux syn­di­ca­listes, qu’à cette « Cor­byn­ma­nia ».

3

2

IS­LING­TON NORTH Ce­la fait trente-deux ans qu’il est dé­pu­té de cette cir­cons­crip­tion de Londres, un la­bo­ra­toire des in­éga­li­tés où il a em­por­té 60% des votes en mai. A croire que Cor­byn convainc au­tant les 41% d’ha­bi­tants qui ont échoué dans des lo­ge­ments so­ciaux, que les 31% de riches pro­prié­taires. Connu pour avoir ac­cueilli George Or­well, Char­lie Cha­plin ou, plus ré­cem­ment, To­ny Blair, ce quar­tier va-t-il en­core don­ner à l’An­gle­terre un illustre per­son­nage ?

4

FAIR-PLAY « Je n’aime pas les at­taques per­son­nelles... Je n’en fais donc pas », confesse-t-il. Tout West­mins­ter le dit : c’est un vrai gent­le­man. « C’est le type sym­pa qui […] ex­pose ses désac­cords sans ja­mais une pa­role agres­sive », ra­conte De­nis MacS­hane, an­cien mi­nistre de To­ny Blair.

5

LOOK

Dé­jà, en 1984, Cor­byn était raillé par un dé­pu­té conser­va­teur pour son look « dé­braillé ». « Ce n’est pas un dé­fi­lé de mode, c’est un lieu où les ci­toyens sont re­pré­sen­tés », avait ré­pli­qué le tren­te­naire hir­sute. Trente ans plus tard, il a rem­por­té à cinq re­prises le prix du Beard Li­be­ra­tion Front, qui élit chaque an­née la barbe la plus no­table du Par­le­ment, et conti­nue d’être ta­qui­né pour ses ap­pa­ri­tions à West­mins­ter en san­dales avec chaus­settes.

6

OUT­SI­DER Comme à chaque pri­maire tra­vailliste, le Cam­pai­gn Group a pré­sen­té son can­di­dat. « C’était mon tour », a confié Cor­byn. In­con­nu du grand pu­blic, il es­pé­rait juste « créer le dé­bat ». Les dé­pu­tés du La­bour qui ont don­né in ex­tre­mis à ce ri­val ino en­sif les par­rai­nages qui lui man­quaient pour concou­rir s’en

mordent les doigts.

7

MARX Ami de To­ny Benn, fi­gure de l’aile gauche du La­bour des an­nées 1970 et 1980, Cor­byn a été un par­ti­ci­pant as­si­du de l’In­de­pendent Left Cor­res­pon­ding So­cie­ty, le cercle de ré­flexion ani­mé par le phi­lo­sophe mar­xiste Ralph Mi­li­band. Loin d’avoir re­mi­sé sa fau­cille et son mar­teau, il a ré­cem­ment lan­cé sur la BBC : « On a beau­coup de choses à ap­prendre de Karl Marx. »

8

AN­TI-BLAIR An­ti­mo­nar­chiste, par­ti­san de la re­na­tio­na­li­sa­tion des che­mins de fer et de l’éner­gie, du désar­me­ment nu­cléaire, d’une taxa­tion plus éle­vée des hauts re­ve­nus, de la gra­tui­té des uni­ver­si­tés… Ses idées font hur­ler les ba­rons du New La­bour, qui ont lan­cé un front Anyone but Cor­byn [« n’im­porte qui sauf Cor­byn », NDLR] et vou­lu sus­pendre la pri­maire. To­ny Blair pré­dit « la dé­route, peut-être même l’an­ni­hi­la­tion » du par­ti si Cor­byn l’em­porte. Les puis­sants syn­di­cats Uni­son et Unite, qui ont adou­bé cet an­cien re­pré­sen­tant syn­di­cal, ap­pré­cient.

9

DROI­TURE C’est un homme de prin­cipes. Il l’a mon­tré dans sa vie pu­blique, en vo­tant plus de 500 fois contre les consignes de son par­ti, comme dans sa vie pri­vée, en di­vor­çant de sa deuxième femme parce qu’elle vou­lait en­voyer leurs en­fants dans une école pri­vée. As­cète, ce vé­gé­ta­rien qui ne boit pas d’al­cool, cultive son jar­din et se dé­place à vé­lo, est, sur les 650 dé­pu­tés, ce­lui qui dé­pense le moins !

10

IS­RAËL An­ti­sé­mite, Cor­byn ? L’ac­cu­sa­tion est « ri­di­cule », a ré­tor­qué ce dé­fen­seur de la cause pa­les­ti­nienne, qui a eu le mal­heur d’in­vi­ter ses « amis » du Ha­mas et du Hez­bol­lah à s’ex­pri­mer dans une réunion au Par­le­ment et de par­ti­ci­per à des confé­rences aux cô­tés d’an­ti­sé­mites – sans sa­voir à qui il avait a aire. La po­lé­mique a se­mé le trouble dans la com­mu­nau­té juive.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.