Un Tigre dans nos ci­tés

Dans “Dhee­pan”, palme d’or à Cannes, le ci­néaste montre com­ment un mi­grant ori­gi­naire du Sri Lan­ka ob­serve les ha­bi­tants d’une ci­té de la ban­lieue pa­ri­sienne dont il est le gar­dien. En­tre­tien

L'Obs - - Culture - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR PASCAL MÉRIGEAU

F Fuyant la guerre à la­quelle il a été contraint de par­ti­ci­per, un Tigre ta­moul quitte le Sri Lan­ka. Pour rendre son dé­part pos­sible, il se lie avec une jeune femme, qui el­le­même, pour la même rai­son, a pris en charge une or­phe­line de 9 ans. L’homme de­vient gar­dien dans une ci­té de la ré­gion pa­ri­sienne sur la­quelle règne un jeune caïd. Afin de pro­té­ger les siens, Dhee­pan va bas­cu­ler de nou­veau dans la vio­lence. Avec ce film par­lé pour une large part en langue ta­moule, Jacques Au­diard a connu à Cannes la consé­cra­tion su­prême, rem­por­tant une palme d’or qui n’a pas fait dé­bat.

Quel a été le point de dé­part de « Dhee­pan » ? Vers la fin du tour­nage d’« Un pro­phète » [en 2009, NDLR], j’ai eu l’idée d’un re­make du film de Sam Pe­ckin­pah « les Chiens de paille » [1971]. C’est res­té un peu comme un Post-it col­lé en bas de l’écran de l’or­di­na­teur. Très vite est ve­nue l’image de mi­grants ins­tal­lés en France, dans une ci­té : des gens ve­nus d’ailleurs qui, sur les bou­le­vards, à la ter­rasse des bis­trots, vendent de la bim­be­lo­te­rie, des trucs ab­surdes qui font de la lu­mière et du bruit. Des gens que l’on ne re­garde pas, que l’on voit à peine. Après plu­sieurs ver­sions du scé­na­rio est ar­ri­vée la fausse fa­mille : est-

An­to­ny­tha­san Je­su­tha­san in­carne Dhee­pan, un Tigre ta­moul ré­fu­gié en France, un per­son­nage proche de son his­toire per­son­nelle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.