Lorsque vous avez re­çu la palme d’or, vous avez évo­qué votre père, ce qui est as­sez rare de votre part…

L'Obs - - Culture -

Je n’avais rien pré­pa­ré, pour cette bonne rai­son que nous igno­rions quel prix nous al­lions re­ce­voir, qui pou­vait tout aus­si bien être un prix d’in­ter­pré­ta­tion, mais une fois sur scène, ce­la m’a pa­ru na­tu­rel de par­ler de mon père. C’était même le moins que je pou­vais faire. Ce qui m’a tou­ché par­ti­cu­liè­re­ment, c’est que le prix soit dé­cer­né par un ju­ry pré­si­dé par les frères Coen, dont le ci­né­ma me ra­vit. J’ai­me­rais bien sa­voir ce qu’ils ont vu dans « Dhee­pan », mais cette palme est dé­jà la preuve que les films voyagent, qu’ils partent de quelque part et ar­rivent quelque part. Si les films sont des mi­grants, alors « Dhee­pan » est un mi­grant heu­reux de son sort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.