“Le jeu trouble du Rwan­da”

L'Obs - - Grands Formats -

Fabienne Ha­ra, ex-vice-pré­si­dente et di­rec­trice du pro­gramme Afrique d’In­ter­na­tio­nal Cri­sis Group. Verbatim

ll faut faire très at­ten­tion avec l’uti­li­sa­tion du mot « gé­no­cide » : en vou­lant aler­ter, on peut aus­si ré­veiller les peurs, et, sans le vou­loir, en­cou­ra­ger le re­cours à la vio­lence. Mais il est vrai que l’ar­gu­ment eth­nique est au­jourd’hui ins­tru­men­ta­li­sé par les dif­fé­rentes par­ties pour neu­tra­li­ser et dé­cré­di­bi­li­ser leurs op­po­sants, et mo­bi­li­ser les sou­tiens. L’at­ti­tude de ces res­pon­sables po­li­tiques bu­run­dais est ir­res­pon­sable et de­vrait être sanc­tion­née. Ceux qui pensent que le Bu­run­di est une ré­plique par­faite du Rwan­da se trompent : le pro­blème de

fond est la dé­rive au­to­ri­taire et ré­pres­sive du ré­gime de Nku­run­zi­za, et la concen­tra­tion du pou­voir dans les mains d’un pe­tit groupe. Alors que les ac­cords d’Aru­sha, en 2000, pré­voyaient un par­tage des postes entre la ma­jo­ri­té hu­tue

et la mi­no­ri­té tut­sie, no­tam­ment dans l’ar­mée et les ins­ti­tu­tions de l’Etat. Le rap­port de forces ac­tuel, avec la frag­men­ta­tion de l’ar­mée et la nais­sance d’un nou­veau mou­ve­ment re­belle, laisse plu­tôt en­tre­voir un scé­na­rio de guerre ci­vile, avec une forte di­men­sion ré­gio­nale, le rôle du Rwan­da dans le sou­tien à la ré­bel­lion bu­run­daise an­tiN­ku­run­zi­za ap­pa­rais­sant de plus en plus vrai­sem­blable. Trou­ver une sor­tie de crise est urgent, car le gou­ver­ne­ment

pour­rait s’en­fer­rer dans une lo­gique pa­ra­noïaque et san­glante. Des pres­sions doivent s’exer­cer sur toutes les par­ties pour stop­per cet en­gre­nage, et ne pas com­mettre

d’actes qui dé­clen­che­raient une crise ir­ré­ver­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.