Quand les hauts ma­gis­trats voient rouge

L'Obs - - Grands Formats - M. D.

Ils n’ont ni la fa­conde ni le ta­lent de com­mu­ni­ca­tion de leur an­cienne garde des Sceaux, mais les plus hauts juges de France lancent à leur tour un cri d’alarme. Réunis le 1er fé­vrier dans l’une des plus belles salles de la Cour de Cas­sa­tion, ils ont si­gné une dé­li­bé­ra­tion in­ha­bi­tuelle. Dans ce texte, que « l’Obs » pu­blie sur son site in­ter­net, le pre­mier pré­sident de la ju­ri­dic­tion, Ber­trand Lou­vel, et les pre­miers pré­si­dents des cours d’ap­pel ve­nus de toute la France s’in­dignent de l’état d’ur­gence et des fu­tures lois an­ti­ter­ro­ristes. Pour eux, « en ce dé­but du xxie siècle, la place faite à l’au­to­ri­té ju­di­ciaire au sein des ins­ti­tu­tions de la Ré­pu­blique sus­cite de lé­gi­times et graves in­ter­ro­ga­tions ». Prin­ci­pal sou­ci à leurs yeux : être pri­vés

de leur « rôle de ga­rant de l’en­semble des li­ber­tés in­di­vi­duelles, au-de­là de la seule pro­tec­tion contre la

dé­ten­tion ar­bi­traire ». L’un des ar­ticles de la fu­ture loi pré­cise que des in­di­vi­dus sus­pects de ter­ro­risme pour­ront faire l’ob­jet d’une re­te­nue sous le seul contrôle du pré­fet. Par ailleurs, les hauts ma­gis­trats es­timent que la pé­nu­rie per­sis­tante de moyens ma­té­riels et hu­mains ne per­met plus aux juges de rem­plir leur tâche, et ils ré­clament une aug­men­ta­tion du bud­get. Ce sombre état des lieux, ini­tia­le­ment des­ti­né à Fran­çois Hol­lande et Ch­ris­tiane Tau­bi­ra, a été ex­pé­dié à Jean-Jacques Ur­voas qui vient de s’ins­tal­ler place Ven­dôme. Les gardes des Sceaux passent. Les la­men­ta­tions des ma­gis­trats conti­nuent. Mais c’est la pre­mière fois qu’elles viennent d’aus­si haut.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.