Pie­tro et le “mous­tique du diable”

L'Obs - - La Photo - CH­RIS­TOPHE SI­MON/AFP

Le 22 no­vembre, « quand Pie­tro est né, c’est tom­bé comme une bombe. J’avais tel­le­ment de rêves. Je vou­lais qu’il fasse du sport, qu’il joue, qu’il soit sain

et ro­buste », a ra­con­té son pa­pa au pho­to­graphe. Le bé­bé de Ma­theus, 22 ans, est né mi­cro­cé­phale après que sa femme, Kleisse, 24 ans, eut été pi­quée

par un mous­tique por­teur du vi­rus Zi­ka. Ils sont ce jour-là dans une salle de l’hô­pi­tal SoeurDulce à Sal­va­dor de Ba­hia, la ca­pi­tale d’un des Etats bré­si­liens les plus tou­chés par l’ex­plo­sion du nombre

de bé­bés nés mi­cro­cé­phales de­puis oc­tobre.

« J’ai at­tra­pé le Zi­ka au cin­quième mois de ma gros­sesse. Je suis al­lée chez le mé­de­cin, et il m’a dit qu’il n’y avait pas de risques pour le bé­bé ni pour moi. Mais quand il est né, on nous a dit qu’il avait une mi­cro­cé­pha­lie, et là on a com­pris qu’il ne se­rait ja­mais

nor­mal, ra­conte Kleisse. Pour­ra-t-il mar­cher, par­ler ? » Le dé­par­te­ment de neu­ro­lo­gie pé­dia­trique de l’hô­pi­tal où ils se sont ren­dus concentre son at­ten­tion sur les fa­milles pauvres, ce qui est le cas de Ma­theus et Kleisse. Face à la hausse du nombre

des consul­ta­tions, Ja­neu­sa Pri­mo, chef du dé­par­te­ment, re­con­naît être « en état d’alerte. On court pour trou­ver des so­lu­tions. Mais on est sor­ti de la phase d’ef­froi pour en­trer dans celle de l’ac­tion ». En 2015, ce sont 4 000 cas sus­pects qui ont été

dé­nom­brés au Bré­sil, contre 147 en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.