Un film mi­neur

L'Obs - - Critiques - PAS­CAL MÉRIGEAU

La dé­cep­tion cau­sée par un film se me­sure à l’aune des espoirs qu’on place en lui et à l’es­time qu’on porte à son au­teur. Pour «Ave, Cé­sar!», ces espoirs étaient grands. Une vi­site du Hol­ly­wood des an­nées 1950 par les frères Coen ex­cite l’ap­pé­tit. Et comme leurs films contiennent sou­vent des pièges, il faut se mé­fier de la pre­mière im­pres­sion. Pour­tant, « Ave, Cé­sar! » ne sé­duit pas au­tant qu’at­ten­du. Ed­die Man­nix est un fixer achar­né à em­pê­cher que les com­por­te­ments in­ap­pro­priés des stars soient por­tés à la connais­sance du pu­blic et dont le film ré­vèle qu’il exerce des fonc­tions es­sen­tielles à la tête d’un grand stu­dio. Les pé­ri­pé­ties o rent aux Coen de pas­ti­cher di érents genres, dont le pé­plum et la co­mé­die mu­si­cale, en une suite de sé­quences plai­santes, mais pas très amu­santes, que le film peine à re­lier entre elles. On passe de George Cloo­ney à Scar­lett Jo­hans­son sans s’at­ta­cher à leurs per­son­nages, de l’en­lè­ve­ment d’un ac­teur par des scé­na­ristes com­mu­nistes au pa­ra­chu­tage d’un cow-boy de sé­rie B sur une pro­duc­tion « sé­rieuse » sans se sen­tir concer­né. Il faut les ap­pa­ri­tions de Til­da Swin­ton dans le double rôle de soeurs ju­melles écho­tières et ri­vales pour re­trou­ver la verve ha­bi­tuelle des Coen, ici loin de leurs réus­sites ma­jeures, « A Se­rious Man » ou « Far­go ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.