LA VACHE PAR MO­HA­MED HA­MI­DI

L'Obs - - Critiques - P. M.

Co­mé­die fran­çaise, avec Fat­sah Bouyah­med, Lam­bert Wil­son, Ja­mel Deb­bouze (1h31).

De Fer­nan­del et de sa Mar­gue­rite, en­fin de « la Vache et le Pri­son­nier », Fa­tah (Fat­sah Bouyah­med, pho­to) ignore tout lors­qu’il en­tre­prend de conduire sa Jac­que­line à Pa­ris, au Sa­lon de l’Agriculture. De son vil­lage d’Al­gé­rie, puis de Mar­seille à la porte de Ver­sailles, le che­min est long, d’au­tant qu’il l’ef­fec­tue à pied. C’est pour lui l’oc­ca­sion de ren­con­trer son beau-frère (Ja­mel Deb­bouze), qui est ma­rié à une Fran­çaise blonde et, en se­cret, père d’une fa­mille res­tée au bled. De ren­con­trer aus­si une fer­mière ac­corte, un ma­gi­cien de foire et son en­tre­pre­nante as­sis­tante, un aris­to­crate désar­gen­té (Lam­bert Wil­son), des syn­di­ca­listes pay­sans en co­lère. Au gré de son pé­riple, il dé­couvre à ses dé­pens que l’al­cool de poire mo­di­fie les com­por­te­ments, mais sur sa route ne ren­contre au­cune ani­mo­si­té. Au contraire, sa can­deur, sa sin­cé­ri­té, ses à-peu-près bla­gueurs (« Qui veut voya­ger loin… il s’achète une voi­ture ») et son ca­rac­tère amène sus­citent un en­goue­ment mé­dia­tique non dé­nué de pa­ter­na­lisme, dont il est pré­vi­sible que le film bé­né­fi­cie­ra en re­tour. Que Fat­sah Bouyah­med, qui in­carne à la per­fec­tion Fa­tah, soit qua­si in­con­nu du spec­ta­teur fa­ci­lite gran­de­ment la confu­sion entre le per­son­nage et l’ac­teur, et c’est pour « la Vache » une ver­tu car­di­nale. Au même titre qu’une gen­tillesse par­fois un peu for­cée, mais sans ex­cès de sucre. Et puis, quoi, Fa­tah est heu­reux au bled avec sa jo­lie femme et ses pe­tites filles, et donc pres­sé d’y re­tour­ner, voi­là qui est de na­ture à conve­nir à tout le monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.