POUR­QUOI LUI ?

Fred Bi­rault

L'Obs - - Le Sommaire - Par AU­DREY MOU­LIN

De re­tour de va­cances à Co­pa­ca­ba­na, le coi eur Fred Bi­rault poste un nou­veau « tu­to » : com­ment faire des tresses avec des bra­ce­lets de chance bré­si­liens ? Tout un pro­gramme, sui­vi par les quelque 30 000 fol­lo­wers fi­dé­li­sés de­puis l’ou­ver­ture de son blog Cut by Fred, en 2011. Fred n’est pas un coi eur comme les autres. Mais un ar­tiste. Il n’a pas de sa­lon, mais un stu­dio. Dans le très bran­ché 10e ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris, il vient d’amé­na­ger un ap­par­te­ment où il coi e co­mé­diennes, amies, gens du quar­tier, dans une am­biance mi­ni­ma­liste qui rap­pelle les an­nées 1950. Le dé­cor ? Un mi­roir ados­sé à un mur re­cou­vert de pa­pier peint avec des hi­ron­delles géantes, une longue table en bois et un lustre gi­gan­tesque. Ici pas de « Voi­ci » pé­ri­mé ou de sèche-che­veux en fond so­nore. L’en­droit est calme, lu­mi­neux, le confort, à son maxi­mum, et la re­la­tion, pri­vi­lé­giée. Un tête-à-tête ca­pil­laire qui a un prix : 180 eu­ros. Du sham­poing à la coupe en pas­sant par la cou­leur, Fred fait tout. L’ar­tiste ré­in­vente et mo­der­nise le sa­lon de coi ure de quar­tier et cherche juste « à rendre plus beau ». Sa quête, de­puis ses dé­buts.

D’OÙ VIENT IL ?

Né il y a 33 ans en Bourgogne, Fred Bi­rault com­mence la coi ure en al­ter­nance chez Des­sange. Un par­cours clas­sique jus­qu’à ses 18 ans, lors­qu’il dé­cide de ve­nir à Pa­ris. Mais la coi ure à la chaîne, très peu pour lui. Il veut s’ex­pri­mer, s’amu­ser. Au cu­lot, il pousse la porte de John Nol­let, le coi eur des stars, connu à l’époque pour la frange d’Amé­lie Pou­lain et sur­tout pour être le meilleur ami ca­pil­laire de Va­nes­sa Pa­ra­dis. Nol­let l’ini­tie au mi­lieu de la mode et du ci­né­ma. Au bout de cinq ans, le rap­port maître-élève ne lui convient plus. Il s’en­vole pour New York : « C’était un fan­tasme, j’avais be­soin de par­tir. » Des idées plein la tête et une ex­pé­rience in­ter­na­tio­nale en poche, Fred rentre en France, ap­pe­lé par My­lène Far­mer pour être le coi eur de sa tour­née. Mé­la­nie Laurent vient de ter­mi­ner le tour­nage d’« In­glou­rious Bas­terds » et cherche un coi eur pour la suivre sur sa pro­mo mon­diale. Et voi­là le jeune Fred, entre George Cloo­ney et Brad Pitt, en train de faire des « “waves” à [sa] soeur », comme il s’amuse à dire. « On s’est tout de suite bien en­ten­dus, avec Mé­la­nie, on avait le même âge, on es­sayait des trucs sur ses che­veux et on se mar­rait. » De­puis ? Leur ami­tié est in­ébran­lable, et l’ac­trice l’im­pose sur tous ses tour­nages, ses shoo­tings et ses pro­mos. De­puis, d’autres lui font confiance : Vir­gi­nie Efi­ra, Char­lotte Le Bon, San­drine Ki­ber­lain, Alexandra Go­lo­va­no …

QUE FAIT IL ?

Entre deux tour­nages, Fred s’en­nuie. Sur les conseils d’une amie blo­gueuse, il crée Cut by Fred, un blog dé­dié aux « tu­tos » de coi ure, avec des avant-après et des conseils. « J’avais des choses à dire sur les che­veux », sou­ligne-t-il. La presse s’em­balle, le nombre de pages vues dé­colle, et Fred se fait un nom, une marque. Il n’est plus seule­ment connu dans le mi­lieu, mais est le chou­chou du grand pu­blic. « Je suis de­ve­nu Cut by Fred, c’est de­ve­nu un autre mé­tier. » Les de­mandes s’en­chaînent, des marques comme L’Oréal l’ap­prochent. Fred, le coi eur 2.0, ouvre son propre stu­dio, entre bu­reau, sho­wroom et sa­lon de coi ure. « C’est une fier­té de pou­voir re­ce­voir ses clientes d’une fa­çon pri­vi­lé­giée », pré­cise-t-il, même s’il a conscience que ce mo­dèle de sa­lon ex­clut pas mal de monde. En no­vembre der­nier, il a sor­ti son pre­mier livre. Une sorte de bible unique en son genre, loin des ma­nuels de coi ure ha­bi­tuels : trente tu­to­riaux pour tous types de che­veux – longs, bruns, courts, fri­sés –, ceux d’en­fants, de femme ou d’homme. Fred n’ou­blie per­sonne et sur­tout pas l’es­sen­tiel : coi er en s’amu­sant. « J’ai le sen­ti­ment que le che­veu est une ma­tière di cile à ap­pré­hen­der, qui fait peur. J’ai vou­lu dé­dra­ma­ti­ser tout ça, mon­trer qu’après tout ce­la peut être un jeu et que ce n’est pas si di cile ! »

QUI EST IL ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.