NA­HID PAR IDA PA­NA­HAN­DEH

L'Obs - - Critiques - P. M.

Co­mé­die dra­ma­tique ira­nienne, avec Sa­reh Bayat, Pe­j­man Ba­ze­ghi, Na­vid Mo­ham­mad­za­deh (1h45).

En échange de la pro­messe de ne pas se re­ma­rier, Na­hid (Sa­reh Bayat, pho­to ci-des­sus) a ob­te­nu la garde de son fils, Amir. Mais sa liai­son avec un jeune veuf, pro­prié­taire d’un hô­tel, l’ex­pose aux me­nées de son ex-ma­ri, al­coo­lique et dro­gué, qui pré­tend l’ai­mer en­core et veut qu’elle re­vienne vivre avec lui. Il semble qu’une seule pos­si­bi­li­té se pré­sente à elle : le ma­riage tem­po­raire, dis­po­si­tion de la loi is­la­mique qui rend lé­gales aus­si bien une ren­contre sans len­de­main que la po­ly­ga­mie. Seule­ment, Na­hid ne tarde pas à com­prendre que cette so­lu­tion n’en est pas une pour elle. Comme dans « Une sé­pa­ra­tion » d’Asghar Fa­rha­di, dont on re­trouve ici l’ac­trice Sa­reh Bayat, il s’agit d’un di­vorce, vu cette fois dans le re­gard d’une femme. Re­gard de Na­hid, mais sur­tout re­gard d’Ida Pa­na­han­deh, une des rares réa­li­sa­trices ira­niennes oeu­vrant dans son pays. Au jeu de cache-cache au­quel doit se li­vrer la pro­ta­go­niste, qui se dis­si­mule aux yeux de son ma­ri, de son fils et de la loi, ré­pond ce­lui de la ci­néaste, qui joue avec les in­ter­dits, sources d’une in­ven­ti­vi­té de tous les ins­tants. Les gris des ciels d’hi­ver d’une ré­gion cô­tière du nord de l’Iran jettent une lu­mière idéale sur cette his­toire et ses per­son­nages pro­fon­dé­ment at­ta­chants. Une réus­site ma­gni­fique, su­bli­mée par la com­po­si­tion vi­brante de Sa­reh Bayat.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.