LE GENRE IDÉAL

Ni homme ni femme, mi-homme mi-femme, trans­genre… les nou­velles égé­ries de la mode et des arts se battent contre les dik­tats de l’iden­ti­té sexuelle —

L'Obs - - Tendances - Par KA­TIA PECNIK

Ha­ri Nef, co­mé­dienne brune et té­né­breuse, vue chez Guc­ci, est le pre­mier mo­dèle trans­genre de la cé­lèbre agence IMG. La blonde an­gé­lique An­dre­ja Pe­jic, qui a com­men­cé sa car­rière comme man­ne­quin homme dé­fi­lant pour Je­re­my Scott ou Jean Paul Gaul­tier, a re­joint les tops fé­mi­nins. De­ve­nant égé­rie de Make Up For Ever, elle est la pre­mière trans­genre à in­car­ner une cam­pagne de beau­té d’im­por­tance. La Suis­sesse Ta­my Glau­ser, man­ne­quin au crâne ra­sé, foule aus­si bien les po­diums homme que femme. C’est le règne du gen­der fluid, la flexi­bi­li­té de l’iden­ti­té sexuelle, vi­sible à tous les étages de la mode, de l’art et des mé­dias. On dé­nombre entre 800 et 1000 gen­der confir­ma­tions (pro­cé­dures, prises d’hor­mones et opé­ra­tions) par an aux Etats-Unis, une in­fime par­tie des per­sonnes sou­hai­tant juste brouiller les pistes. « L’émer­gence des “gen­der stu­dies” à par­tir des an­nées 1980 a ac­té la re­con­nais­sance d’une science. Les ques­tions vis-à-vis de l’iden­ti­té sexuelle ont ces­sé d’être une pa­tho­lo­gie pour de­ve­nir un choix de vie ou un choix po­li­tique, ex­plique Alice Pfei er, jour­na­liste et spé­cia­liste des études de genre. Pour les fa­milles, les jeunes qui posent la ques­tion du genre cessent d’être un cas mé­di­cal iso­lé, il y a des co­ming out en masse, des in­car­na­tions de pou­voir gay : ces per­sonnes ont fi­ni par im­po­ser le res­pect. » Et la mode, qui compte de­puis tou­jours dans ses troupes des fi­gures de l’am­bi­guï­té sexuelle, les rend en­fin vi­sibles en leur don­nant un rôle d’égé­rie. Ou en créant des col­lec­tions gen­der fluid, comme le nou­veau chou­chou de la mode J.W. An­der­son, dont le dé­fi­lé de pe­tites vestes roses et pulls au-des­sus du nom­bril pour homme a été di usé sur l’ap­pli de ren­contres gay Grin­dr. « Ces si­gnaux de­vraient faire ré­agir les stra­tèges de l’in­dus­trie : choi­sir entre homme et femme chez les jeunes gé­né­ra­tions est ob­so­lète, es­time Alice Lit­scher, pro­fes­seur à l’Ins­ti­tut fran­çais de la Mode. Dans les bou­tiques de prê­tà-por­ter, un jeune homme ira vo­lon­tiers vi­si­ter le rayon femme.» Ain­si, Ja­den Smith, 17 ans, fils de Will et ex de Ky­lie Jen­ner, ap­pré­cie tant de por­ter la jupe qu’il a po­sé pour la cam­pagne femme prin­temps-été de Louis Vuit­ton. « C’est in­té­res­sant qu’un gar­çon qui s’a che avec ses pe­tites amies, dont le père est rap­peur et dans une forme de suc­cès clas­sique, dé­tache vê­te­ments et sexua­li­té, sou­ligne Alice Pfei er. Sa gé­né­ra­tion a di­gé­ré la ques­tion du genre. » Les hommes as­sument de pas­ser au ma­quillage, comme les frères Brant, fils de Ste­pha­nie Sey­mour, qui ont lan­cé leur ligne de ma­quillage uni­sexe, MAC × Brant Bro­thers. « Pour­quoi hommes et femmes ne pour­raient-ils pas par­ta­ger les ou­tils d’ex­pres­sion per­son­nelle créa­tive comme le ma­quillage? in­ter­roge Alice Lit­scher. Au­jourd’hui la maxime est “de­viens ce que tu veux être” : tout ce qui peut nous trans­for­mer pour at­teindre la norme est bon à prendre. » De quoi de­ve­nir unique en son genre…

HA­RI NEF, LE CHA­PE­RON ROUGE DU SHOW GUC­CI.

AN­DRE­JA

PE­JIC A RE­JOINT LES RANGS DES TOPS FÉ­MI­NINS.

LE DÉ­FI­LÉ J.W. AN­DER­SON, UNE COL­LEC­TION “GEN­DER FLUID”.

PE­TER ET HAR­RY BRANT ONT LAN­CÉ UNE LIGNE DE MA­QUILLAGE UNI­SEXE.

TA­MY GLAU­SER, AUS­SI À L’AISE SUR LES PO­DIUMS HOMME QUE FEMME.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.