Bio…

L'Obs - - Grands Formats | En Couverture -

– LO­GO BIO EU­RO­PÉEN ET AB. De­puis 2009, le AB fran­çais et la feuille eu­ro­péenne ont le même ca­hier des charges. Deux la­bels fiables ga­ran­tis­sant des den­rées sans pes­ti­cide ni en­grais chi­mique de syn­thèse et le res­pect du bien-être ani­mal, mais moins contrai­gnants que tous les autres – ceux qui suivent.

– BIO CO­HÉ­RENCE. Créé se­lon la ré­gle­men­ta­tion de 1999 (plus sé­vère que celle de 2009), Bio Co­hé­rence va plus loin qu’AB : « Nous in­ter­di­sons ain­si l’usage de fa­rine de plumes [en­grais uti­li­sé en bio] d’ani­maux à qui l’on a don­né des ali­ments OGM et des an­ti­bio­tiques, ce­lui du com­post d’or­dures mé­na­gères non bio et des serres chauf­fées, ex­plique Cé­cile Guyou, sa dé­lé­guée gé­né­rale. Par ailleurs, sur une ex­ploi­ta­tion, l’échelle des sa­laires ne doit pas dé­pas­ser un rap­port de 1 à 5. » On ne trou­ve­ra pas de pro­duit Bio Co­hé­rence en grande sur­face.

– DE­ME­TER ET BIO­DY­VIN. Ces la­bels cer­ti­fient les pra­tiques de la bio­dy­na­mie, une va­riante ra­di­cale du bio qui, en plus du ca­hier des charges AB, re­quiert l’usage de pré­pa­ra­tions à base de « bouse de corne » (bouse de vache qui a fer­men­té dans une corne) pour ré­gé­né­rer les sols et un ca­len­drier très pré­cis lié aux rythmes na­tu­rels. Bio­dy­vin se fo­ca­lise sur les vins, De­me­ter es­tam­pille no­tam­ment les en­tre­prises de cos­mé­tiques.

– NA­TURE ET PRO­GRÈS. Né en 1964 , le doyen des la­bels bio fran­çais est dé­li­vré après une en­quête conduite par ses adhé­rents (ex­ploi­tants et consom­ma­teurs). « Ce­la ne nous rend pas moins sé­vères et mi­nu­tieux que le la­bel AB, bien au contraire : nous sommes plu­tôt plus stricts », sou­ligne Eliane An­gla­ret, sa pré­si­dente. N&P exige ain­si zé­ro en­si­lage (four­rage fer­men­té acide, consom­mé par les bêtes et que le bio clas­sique au­to­rise en par­tie), zé­ro an­ti­bio­tique, peu de mu­ti­la­tions (ni cha­pon ni cornes cou­pées; mais le boeuf, tau­reau émas­cu­lé, est per­mis).

– COSMÉBIO ET BDIH. Il n’y a pas de règle eu­ro­péenne pour les cos­mé­tiques « bio ». « Si vous li­sez “cer­ti­fié par” sur l’em­bal­lage, c’est nor­ma­le­ment un signe de sé­rieux », in­dique Va­lé­rie Le­maire, d’Eco­cert. Les grou­pe­ments de fa­bri­cants Cosmébio et BDIH uti­lisent des ca­hiers des charges pré­cis : Cosmébio ga­ran­tit ain­si que 95% des ac­tifs vé­gé­taux (tels les par­fums) sont bio, que les autres in­gré­dients sont is­sus de la « chi­mie verte » (moins pol­luante) et que la liste des conser­va­teurs est ré­duite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.