AL­LER SIMPLE

Saint-Sé­bas­tien

L'Obs - - Le Sommaire - — par HÉ­LÈNE RIFFAUDEAU

Les Basques l’ap­pellent Do­nos­tia et les in­times, « San Sé ». Avec sa baie en forme de co­quillage, son ar­chi­tec­ture Belle Epoque, ses fes­ti­vals de mu­sique et de ci­né­ma, SaintSé­bas­tien, ca­pi­tale eu­ro­péenne de la culture 2016, surfe sur ses pa­ra­doxes : à la fois bran­chée et épi­cu­rienne, elle n’en garde pas moins un es­prit fi­dèle à ses ra­cines. Et une ap­pé­tence cer­taine pour la bonne chère. Elle compte pas moins de seize étoiles au Guide Mi­che­lin ! La cui­sine y est si pro­fon­dé­ment an­crée dans les moeurs que la plu­part des ha­bi­tants de la ville ap­par­tiennent à un club gas­tro­no­mique. Des fa­ran­doles de ta­pas aux me­nus d’avant-garde, des bars sans chi­chis aux res­tau­rants trois étoiles, il y en a pour toutes les faims et toutes les bourses. Plai­sirs gour­mands à mixer avec les di érentes ac­ti­vi­tés cultu­relles pro­po­sées tout au long de l’an­née.

SE RÉ­GA­LER SUR LE POUCE

Bien avant de de­ve­nir bran­chée sur toute la pla­nète, la fin­ger­food a tou­jours été une ins­ti­tu­tion à « San Sé », car c’est avec les doigts que l’on sa­voure les pintxos, ces ta­pas basques dis­po­sées sur le comp­toir des bars. Dans Parte Vie­ja, le vieux quar­tier, on n’a que l’em­bar­ras du choix. Mais si vous vou­lez sor­tir du clas­sique pintxo aux an­chois, on ne sau­rait trop vous conseiller les créa­tions so­phis­ti­quées de Ze­ru­ko (Calle Pes­ca­dería, 10), ré­com­pen­sées à plu­sieurs re­prises, et qui ré­jouissent au­tant les yeux que les pa­pilles. Dans le quar­tier Gros, cer­tains bars or­ga­nisent aus­si une fois par se­maine le pintxo-pote, com­bi­nai­son d’un verre et d’un pintxo pour une somme mo­dique, à l’heure de l’apé­ro.

S’AS­SEOIR À UNE GRANDE TABLE

Si vous n’avez pas la chance de dé­jeu­ner ou de dî­ner au sein de l’un des trois éta­blis­se­ments tri­ple­ment étoi­lés par le Guide Mi­che­lin (Ake­laŕe de Pe­dro Su­bi­ja­na, Ar­zak de Juan Ma­ri Ar­zak, et le res­tau­rant du même nom de Martín Be­ra­sa­te­gui), il est quand même pos­sible de se ré­ga­ler un peu par­tout. De nom­breux chefs tra­vaillent les pro­duits lo­caux et de sai­son ache­tés sur le mar­ché de La Bretxa et pro­posent de jo­lis me­nus. C’est le cas du jeune chef Íñi­go Peña au sein de son res­tau­rant Nar­ru (Ho­tel Ni­za, Zu­bie­ta Ka­lea, 56) qui dis­pose, en plus, d’une jo­lie vue sur la Con­cha.

SE CULTI­VER EN MAN­GEANT

En tant que ca­pi­tale eu­ro­péenne de la culture 2016, la ville, ber­ceau de la pre­mière uni­ver­si­té de la gas­tro­no­mie au monde (le Basque Cu­li­na­ry Cen­ter), ac­cueille­ra tout au long de l’an­née des ate­liers et des hap­pe­nings au­tour de la cui­sine, comme une dé­gus­ta­tion de po­tages pour re­la­ter l’his­toire de nos ha­bi­tudes ali­men­taires, de­puis le bouillon de l’âge des ca­vernes au ve­lou­té d’au­jourd’hui (« Time Ma­chine Soup »). Ou bien une re­pré­sen­ta­tion du « Songe d’une nuit d’été » de Sha­kes­peare avec re­pas pour… 250 spec­ta­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.