ÉCOU­TER

LE­MO­NADE, PAR BEYON­CÉ (CO­LUM­BIA).

L'Obs - - Le Sommaire - DA­VID CAVIGLIOLI

« Le­mo­nade » est le meilleur al­bum de Beyon­cé, ce qui ne veut pas dire grand-chose. Les disques de la reine au­to­pro­cla­mée du R'n’B ont tou­jours été des car­nets de ten­dances un peu trop ex­haus­tifs pour être hon­nêtes. Ce­lui-ci aus­si. Rien de ce qui buzze ne lui est étran­ger : l’al­bum est ga­vé de dé­via­tions rag­ga, de re­cy­clages soul, de sau­pou­drages rock, de sur­imi goût coun­try, de si­mi­li gos­pel. C’est évi­dem­ment très pro­duit. Même les dis­tor­sions et les glides dis­so­nants, cen­sés ame­ner du mau­vais genre, sont par­fai­te­ment pei­gnés. Comme on reste chez Beyon­cé, on doit aus­si to­lé­rer ses bal­lades (« Dad­dy Les­sons », « Sand­castles »), leurs mé­lo­dies mé­diocres, leurs vo­lu­mi­neux tré­mo­los.

La vraie qua­li­té de l’al­bum est son vi­rage as­su­mé vers le rap. Beyon­cé a sa­la­rié une task force de rap­peur­sau­teurs. Pour­quoi pas, tant que c’est bien fait. Sur « For­ma­tion », « Hold Up », « Don’t Hurt Your­self », l’an­cienne Black La­ra Fa­bian mal­traite un peu sa puis­sante voix, joue sa­vam­ment avec les rimes et les temps. Comme un gang­sta, elle s’au­to­rise des « fuck », des « shit » et des « bitch », qu’elle évi­tait ja­dis par peur des filtres pa­ren­taux. Elle se met à par­ler le pe­tit nègre des ghet­tos (« Who the fuck do you think I is? », au lieu de « I am », des choses comme ça.) Par exemple : « T’es pas ma­rié à une sa­lope lamb­da, boy/Mate mon gros boule re­muer, boy/Pen­dant que je passe à une autre bite, boy. »

Les com­men­ta­teurs ont re­mar­qué que les thèmes de l’in­fi­dé­li­té et du men­songe étaient très pré­sents et ont vu dans ce « Le­mo­nade » une charge contre son ma­ri, Jay-Z, soup­çon­né de l’avoir trom­pée. On y voit sur­tout du cy­nisme. « Le­mo­nade », c’est du prêt-àmé­dia­ti­ser, du pré-an­glé, pour « Clo­ser » comme pour le « New York Times ». Parce que, on al­lait l’ou­blier, le disque a aus­si été la­bel­li­sé « évé­ne­ment po­li­tique ». Un hymne black fac­tice in­ti­tu­lé « Free­dom », avec des orgues comme dans les églises, un do­cu pro­mo­tion­nel lar­moyant ven­du avec le disque, un cou­plet de Ken­drick La­mar, quelques ci­ta­tions d’une poé­tesse an­glo-so­ma­lienne : Beyon­cé de­vient une Mal­colm X en jus­tau­corps, une Beau­voir qui re­mue son boule. Etrange : on ri­cane vo­lon­tiers des ar­tistes po­li­ti­sés, mais on s’em­presse d’al­ler cher­cher de la po­li­tique là où il n’y en a pas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.