Emi­ly Loi­zeau se jette à l’eau

MO­NA, PAR EMI­LY LOI­ZEAU (PO­LY­DOR).

L'Obs - - Critiques - SO­PHIE DELASSEIN

Ces chan­sons ont été créées sur scène : Emi­ly Loi­zeau y ra­con­tait le des­tin tra­gique de « Mo­na », per­son­nage ins­pi­ré par ce­lui de Ben­ja­min But­ton (créé par Scott Fitz­ge­rald, puis por­té à l’écran par Da­vid Fin­cher). Mais contrai­re­ment à lui (né à 80 ans, il ra­jeu­nit), Mo­na vient au monde à 73 ans et mour­ra peu après. Mo­na prend l’eau, comme le ba­teau du grand-père cen­te­naire d’Emi­ly Loi­zeau : lors de la Se­conde Guerre mon­diale, ce­lui­ci, en­ga­gé dans la Na­vy, sur­vé­cut au nau­frage de son na­vire. Dans ce concept al­bum, on peut écou­ter cha­cun des mor­ceaux de ma­nière in­dé­pen­dante. Entre rock, fox-trot et bal­lades, la créa­tive Emi­ly Loi­zeau, la der­nière à croire que « l’hu­ma­nisme vain­cra », ar­rive à ti­rer vers la vie ces chan­sons aux thèmes dou­lou­reu­se­ment réa­listes. Et dans ce qu’elle a de lu­mi­neux, par­fois. Mais on re­tien­dra sur­tout ces grandes chan­sons poé­tiques que sont « Sombre Prin­temps » ou « le Fond de l’eau ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.