LES MORTES-EAUX PAR AN­DREW MI­CHAEL HURLEY, TRA­DUIT DE L’AN­GLAIS PAR SANTIAGO ARTOZQUI

L'Obs - - Critiques - AR­NAUD GON­ZAGUE

De­noël, 388 p., 22 eu­ros.

Un groupe de bon­dieu­sards dé­barque en pè­le­ri­nage dans un bled du Lan­ca­shire, dans le nord de l’An­gle­terre, avec un ob­jec­tif : que Dieu rende la pa­role à Han­ny, un pe­tit gar­çon at­tar­dé. Mais dans cette lande en­core han­tée par d’an­ces­trales su­per­sti­tions, les ha­bi­tants se montrent d’une hos­ti­li­té gron­dante. Fi­ne­ment construit sur le non-dit et met­tant en scène de beaux per­son­nages, ce pre­mier ro­man sait faire gon­fler l’in­quié­tude jus­qu’à un fi­nal aus­si ter­rible qu’énig­ma­tique. Une réus­site.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.