Le clan des mi­li­ciens

L’AF­FAIRE TOUVIER. LES RÉ­VÉ­LA­TIONS DES AR­CHIVES, PAR BÉNÉDICTE VERGEZ-CHAIGNON, FLAM­MA­RION, 430 P., 21,90 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - LAURENT LEMIRE

« Douze balles dans la peau » : en 1963, de Gaulle avait la ran­coeur te­nace lors­qu’on évo­quait de­vant lui le nom de Paul Touvier (1915-1996). Le triste mi­li­cien qui a dis­si­mu­lé ses crimes en cher­chant à se faire pas­ser pour un pa­triote n’a ja­mais re­gret­té sa sale guerre. En 1994 (pho­to), la cour d’as­sises de Ver­sailles le condamne à la ré­clu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tui­té pour com­pli­ci­té de crime contre l’hu­ma­ni­té, comme Klaus Bar­bie. Il meurt deux ans plus tard d’un can­cer à la pri­son de Fresnes. En­tre­temps il y a eu la double condam­na­tion à mort en 1946 et en 1947, la ca­vale dans les ab­bayes, la grâce de Georges Pom­pi­dou en 1971, les ré­vé­la­tions sur les as­sas­si­nats d’Hé­lène et Vic­tor Basch et sur l’exé­cu­tion des otages de Rillieux-la-Pape.

Après Laurent Greil­sa­mer et Da­niel Sch­nei­der­mann (« Un cer­tain Mon­sieur Paul », Fayard, 1994), Bénédicte Vergez-Chaignon re­prend le dos­sier d’une a aire qui fe­ra l’ob­jet en mai pro­chain d’un té­lé­film di usé sur France 2. Laurent Ger­ra in­car­ne­ra le rôle de Jacques De­ro­gy, le re­por­ter qui sou­le­va le lièvre après la grâce pré­si­den­tielle, et Fran­çois Mo­rel, ce­lui de cet homme qui s’est tou­jours trom­pé et qui a fait de cette er­reur une cer­ti­tude ignoble. Les ar­chives in­édites ex­ploi­tées par Bénédicte Vergez-Chaignon ap­portent moins de « ré­vé­la­tions » qu’elles ne confirment ce que l’on pres­sen­tait. Touvier a ma­ni­pu­lé ses proches pour se dis­cul­per comme il a du­pé sous un faux nom Pierre Fres­nay et Jacques Brel. Il fut bien, pour re­prendre les mots de Jacques De­ro­gy, « un gang­ster fas­ciste moyen » qui eut un pro­cès trop grand pour lui.

Touvier a es­sayé par tous les moyens, avec la com­pli­ci­té de l’Eglise ca­tho­lique, de s’en sor­tir en men­tant, en dis­si­mu­lant. Mais il ne s’est ja­mais men­ti à lui-même. Le mi­li­cien ap­pa­raît ain­si dans sa pe­ti­tesse ab­so­lue. Tout le mé­rite de cette spé­cia­liste de Vi­chy et de la col­la­bo­ra­tion est de nous pré­sen­ter ce dos­sier très com­plet comme un feuille­ton. Un ro­man très noir qui montre les mu­ta­tions de la so­cié­té fran­çaise et du monde po­li­tique à l’égard de ce pas­sé qui ne passe tou­jours pas. A la lire, on com­prend pour­quoi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.