EN PI­LOTE AU­TO­MA­TIQUE

Les montres se sont ra­pi­de­ment im­po­sées à bord des avions comme des ins­tru­ments pro­fes­sion­nels de me­sure, de­puis les dé­buts de l’aé­ro­nau­tique jus­qu’à l’ar­ri­vée de l’élec­tro­nique dans les cock­pits

L'Obs - - Tendances - — par HER­VÉ BORNE

La ré­fé­rence

Dès les pré­mices de l’avia­tion, et jus­qu’à l’ar­ri­vée de l’élec­tro­nique dans les cock­pits, les pi­lotes ont eu be­soin de montres pour dif­fé­rents cal­culs liés à leur par­cours, leur consom­ma­tion et, tout d’abord, à la du­rée de leur vol. Car­tier conçoit d’ailleurs sa pre­mière montre-bra­ce­let en 1904 à la de­mande de l’avia­teur brésilien Al­ber­to San­tos-Du­mont. En 1954, le mi­nis­tère fran­çais de la Dé­fense lance un ap­pel d’o res pour un chro­no­graphe des­ti­né à ses pi­lotes. Il de­vra être mé­ca­nique, li­sible, ma­niable même avec des gants, et do­té de la fonc­tion re­tour en vol per­met­tant un ar­rêt du chro­no­mé­trage, sa re­mise à zé­ro et son ré­en­clen­che­ment de fa­çon ins­tan­ta­née. C’est Bre­guet qui rem­porte le mar­ché avec sa « Type XX ». De­puis, la ma­nu­fac­ture reste une ré­fé­rence en la ma­tière et pré­sente, cette an­née, un nou­vel hé­ri­tier du mo­dèle d’ori­gine. « Type XX1 3817 » en acier, mou­ve­ment au­to­ma­tique, Ø 42 mm, 13 500 €, Bre­guet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.